NOUVELLES

Verdict attendu dans le procès Al-Jazeera en Egypte

22/06/2014 10:00 EDT | Actualisé 22/08/2014 05:12 EDT

Un tribunal égyptien doit rendre lundi son verdict dans le procès de journalistes et employés de la chaîne qatarie Al-Jazeera, dont quatre étrangers, accusés de soutenir les Frères musulmans du président destitué Mohamed Morsi.

En visite au Caire dimanche, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a appelé l'Egypte à préserver la liberté de la presse, estimant que la transition post-Morsi était à "un moment critique" alors que les 20 accusés dans cette affaire qui a provoqué un tollé international, risquent de 15 à 25 ans de prison, selon un avocat de la défense.

Seize Egyptiens sont accusés d'appartenance à une "organisation terroriste" -les Frères musulmans- et d'avoir cherché à "nuire à l'image de l'Egypte" et quatre étrangers d'avoir diffusé "de fausses nouvelles" en vue de soutenir la confrérie. Neuf sont en détention et 11 jugés par contumace.

"Tout dans ce procès est une honte (...). Nous sommes traités plus mal que si nous étions des violeurs et des assassins", a lancé lors de la dernière audience début juin le journaliste égypto-canadien Mohamed Fadel Fahmy.

M. Fahmy, chef du bureau d'Al-Jazeera avant que la chaîne ne soit interdite en Egypte, son confrère australien Peter Greste et l'Egyptien Baher Mohamed sont détenus depuis près de 160 jours.

"Nous réclamons que le tribunal leur inflige la peine maximale pour punir les crimes abominables qu'ils ont commis, sans pitié ni compassion", s'est exclamé le procureur, Mohamed Barakat, en requérant contre les 20 accusés.

Les trois autres journalistes étrangers poursuivis - deux Britanniques et une Néerlandaise - ont fui l'Egypte dès les premières arrestations.

"Les accusés n'ont rien fait pour ternir l'image de l'Egypte, c'est ce procès (qui ternit) sa réputation", a argué l'un des avocats de la défense, Yousri al-Sayyid.

"J'attends un acquittement. Les audiences prouvent que mon frère est innocent", a affirmé à l'AFP Mike Greste, dont le frère avait auparavant travaillé pour la BBC et reçu plusieurs prix prestigieux.

Le Premier ministre australien Tony Abbott a affirmé avoir contacté le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour lui "assurer, en tant qu'ancien journaliste, que Peter Greste avait fait des reportages sur les Frères musulmans et non soutenu" la confrérie.

- Au hasard dans les archives -

Ce verdict intervient sur fond de sanglante répression des pro-Morsi et deux semaines après l'élection à la présidence de M. Sissi avec 96,9% des suffrages. Ce maréchal à la retraite dirigeait déjà de facto le pays depuis qu'il a destitué et fait arrêter M. Morsi le 3 juillet 2013 M. Morsi.

Depuis, soldats et policiers ont tué plus de 1.400 manifestants pro-Morsi, arrêté plus de 15.000 personnes, dont des centaines ont été condamnées à mort ou à la prison à perpétuité dans des procès expéditifs.

Alors qu'ils couvraient ces événements, MM. Greste et Fahmy avaient été arrêtés le 29 décembre dans une chambre d'hôtel du Caire transformée en bureau après une descente de police dans les locaux d'Al-Jazeera.

Les journalistes travaillaient sans l'accréditation obligatoire pour tous les médias.

Les accusés ont régulièrement dénoncé un procès "inique" et "politique" et des preuves "totalement fabriquées". Ils sont soutenus dans le monde entier et plusieurs médias ont lancé une campagne proclamant que "le journalisme n'est pas un crime".

Lors des audiences, le parquet a présenté comme des "preuves" des reportages de chaînes sans lien avec Al-Jazeera, des enregistrements inaudibles et même des photos de famille de journalistes, visiblement piochées au hasard dans leurs archives saisies.

L'Egypte considère Al-Jazeera comme le porte-voix du Qatar, auquel elle reproche son soutien aux Frères musulmans alors que Doha dénonce ouvertement la répression contre les pro-Morsi.

Lundi, "le monde entier surveillera l'Egypte pour voir dans quelle estime elle tient la liberté de la presse", a prévenu la chaîne satellitaire.

Il y a près d'une semaine, un journaliste de l'antenne arabophone d'Al-Jazeera, Abdallah ElShamy, a en revanche été libéré pour raisons de santé, après près de cinq mois de grève de la faim pour dénoncer sa détention.

Adel Fadel Fahmy, a dit à l'AFP y voir "un signal qui encourage à l'optimisme prudent" avant le verdict contre son frère Mohamed et ses confrères.

ht-tgg/sbh/hj

PLUS:hp