NOUVELLES

Ukraine: Vladimir Poutine appuie le cessez-le-feu décrété par Porochenko

21/06/2014 10:01 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT

DONETSK, Ukraine - Le président de la Russie, Vladimir Poutine, a exhorté les deux camps qui s'affrontent dans l'est de l'Ukraine à mettre tous les deux un terme à leurs activités militaires.

Dans un communiqué publié samedi, le Kremlin a indiqué que le leader russe demandait aux adversaires de déposer les armes et de s'asseoir à la table des négociations.

Selon le communiqué, M. Poutine appuie la décision du président ukrainien, Petro Porochenko, d'ordonner à ses soldats d'observer un cessez-le-feu unilatéral.

M. Porochenko a déclaré que la mesure, qui est entrée en vigueur vendredi soir et doit se poursuivre pendant une semaine, était la première étape d'un plan visant à ramener la paix dans la région.

Le plan prévoit notamment l'amnistie pour les séparatistes prorusses.

Vladimir Poutine a toutefois affirmé que sans une action directe pour lancer les pourparlers, le plan n'était ni viable ni réaliste.

Les troupes ukrainiennes peinent à vaincre les insurgés qui ont saisi des édifices gouvernementaux et déclaré l'indépendance des provinces de Donetsk et de Louhansk, situées près de la frontière russe.

Kiev et Washington ont accusé Moscou de soutenir l'insurrection, entre autres en permettant à des chars d'assaut de franchir la frontière et en fournissant des armes aux rebelles.

La Russie assure qu'elle n'aide pas les séparatistes et que les Russes qui se sont joints à ces derniers l'ont fait à titre de citoyens.

Les États-Unis et l'Union européenne ont incité la Russie à jouer un rôle constructif dans la résolution du conflit. Ils ont également imposé des sanctions économiques à certains membres du gouvernement russe, comme l'a fait le Canada, mais ne sont pas allés jusqu'à cibler des secteurs entiers de l'économie du pays.

Les intentions de Kremlin sur la question des séparatistes prorusses ne sont claires. M. Poutine a discuté à plusieurs reprises avec son homologue ukrainien par téléphone au sujet du cessez-le-feu, ce qui n'a pas empêché le ministère russe des Affaires étrangères de critiquer la mesure plus tôt samedi, la qualifiant «d'ultimatum».

Le ton plus conciliant de Vladimir Poutine contraste avec sa décision, samedi, de mettre les troupes du centre de la Russie sur un pied d'alerte et d'ordonner aux forces aériennes d'effectuer des exercices militaires.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a précisé que l'état d'alerte et les exercices se prolongeraient jusqu'à samedi prochain et impliqueraient 65 000 soldats.

La porte-parole de l'OTAN, Oana Lungescu, a critiqué les exercices militaires russes, soutenant qu'ils pouvaient aggraver davantage la crise ukrainienne.

De leur côté, les séparatistes prorusses ont rejeté le cessez-le-feu et neuf militaires ukrainiens ont été blessés dans des affrontements survenus avant et après le début de la mesure.

PLUS:pc