NOUVELLES

Mondial-2014: La Belgique pour les 8e, le Portugal pour la survie

21/06/2014 10:00 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT

Un succès sur la Russie, dimanche à Rio (16h00 GMT) permettrait à la Belgique d'accéder aux 8e de finale d'un Mondial pour la première fois depuis 2002, alors que le Portugal joue sa survie face aux Etats-Unis (22h00 GMT).

Par ailleurs, si la Corée du Sud bat l'Algérie, à Porto Alegre (19h00 GMT) les Fennecs diront adieu à la Coupe du monde.

Douze ans qu'ils attendent cela ! Les Belges patientent depuis 2002 pour figurer dans le cercle fermé des 16 meilleures équipes du monde. Et cette fois, ils comptent sur la génération dorée (Hazard, Lukaku, Courtois, Kompany...) pour y parvenir, pourquoi pas dès leur deuxième match au Brésil.

Car, quatre ans avant d'accueillir le Mondial, la Russie ne semble pas irrésistible, à l'image de son gardien Igor Akinfeev, auteur d'une grosse bourde face à la Corée du Sud (1-1) le 17 juin.

"Il reste mon titulaire. C'est un grand gardien. Ce n'est pas une seule erreur qui va me faire changer d'avis. C'est un des meilleurs gardiens du monde", a déclaré Fabio Capello, le sélectionneur italien de la Russie.

Capello, qui a entraîné les plus grands clubs européens, redoute avant tout les qualités des Belges.

"Cette génération a de grands joueurs qui jouent dans les grands championnats. Beaucoup ont fait leurs preuves en Premier League. Je crois que Wilmots fait du bon boulot et qu'il peut compter sur la meilleure équipe belge depuis les années 1980", estime-t-il.

Victorieux de l'Algérie (2-1) lors de leur premier match, les Belges, eux, sont prêts à laisser la responsabilité du match aux Russes.

"L'avantage pour nous, c'est qu'on ne doit pas prendre le match en mains. C'est à la Russie de le faire. Mais le fera-t-elle vraiment ?", s'interroge le sélectionneur Marc Wilmots.

- Surmonter les effets de la chaleur -

Dans l'autre match décisif de la journée, pas question de considérations tactiques. Six jours après leur déroute face à l'Allemagne (4-0), les Portugais doivent impérativement battre les Etats-Unis, sous peine de rejoindre l'Espagne et l'Angleterre parmi les équipes éliminées dès le deuxième match.

Les Américains seront eux certains d'accéder aux huitièmes pour la troisième fois de leur histoire, après 1994 et 2010, s'ils l'emportent.

"Soit le Portugal gagne, soit on commence à faire nos valises", résume le sélectionneur Paulo Bento qui déplore quatre absents.

Les défenseurs Pepe, suspendu, et Fabio Coentrao, touché aux adducteurs, ne seront pas là, ainsi que l'attaquant Hugo Almeida, blessé à la cuisse, et le gardien Rui Patricio, lui aussi blessé aux adducteurs, vraisemblablement remplacé par Eduardo, le portier du Dinamo Zagreb.

Au-delà de ces quatre absences, les Portugais comptent sur la... présence de Cristiano Ronaldo, fantomatique face aux Allemands. S'ils veut conserver son Ballon d'or, Ronaldo devra s'inspirer des autres stars du Mondial, comme Lionel Messi, qui répondent aux attentes.

Les Portugais devront également surmonter les effets de la chaleur et de l'humidité de Manaus, à proximité de la forêt amazonienne, où les Italiens et les Anglais ont laissé beaucoup de forces.

bur-pga/pgr/sk

PLUS:hp