NOUVELLES

Le Nigeria se prépare aux élections de 2015, 167.000 policiers déjà formés

21/06/2014 02:09 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT

En proie à l'insécurité, le Nigeria se mobilise pour les élections de 2015, et d'ores et déjà 167.000 policiers, soit plus de la motié du nombre prévu, ont reçu une formation en prévision de cette échéance cruciale, a indiqué samedi la police.

Des élections générales sont prévues en février prochain dans ce pays le plus peuplé d'Afrique --où la violence dûe notamment aux islamistes de Boko Haram est devenue quasi-quotidienne --, avec la candidature attendue de l'actuel président Goodluck Jonathan pour un nouveau mandat.

"Nous avons jusqu'à présent formé 167.000 officiers de police dans l'optique des élections de 2015. Notre objectif est d'entraîner entre 350.000 et 370.000 policiers avant ce scrutin crucial", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police nationale, Frank Mba.

"Surveiller le bon déroulement des élections requiert des qualifications supplémentaires", a-t-il ajouté soulignant que la police assumera son rôle "au maximum" pour cette échéance.

Les irrégularités électorales sont fréquentes au Nigeria depuis son accession à l'indépendance en 1960. En 1993, les militaires avaient annulé le scrutin présidentiel, pourtant considéré comme le plus libre et équitable qu'ait connu le pays à cette date.

Lors des dernières élections en 2011, plusieurs centaines de personnes avaient été tuées dans de violences post-électorales.

Evoquant des élections samedi dans l'Etat d'Ekiti dans le sud-ouest, des responsables locaux ont indiqué que le scrutin s'était bien déroulé en présence d'observateurs internationaux notamment américains et britanniques. Les forces de l'ordre s'étaient fortement mobilisées en vue du scrutin dans cet Etat où la violence electorale est traditionnellement fréquente.

L'actuel gouverneur d'Ekiti John Kayode Fayemi du parti d'opposition, le Congrès des progressistes (APC) est candidat à sa réélection face l'ancien gouverneur de l'Etat Ayo Fayose qui appartient du parti du président Jonathan.

L'APC doit affronter le Parti démocratique populaire (PDP, au pouvoir) de M. Jonathan aux élections législatives et présidentielle de 2015.

Le Nigeria est confronté depuis cinq ans à l'insurrection des islamistes de Boko Haram qui a fait plusieurs milliers de morts essentiellement dans le nord.

Le pays est divisé entre un Nord, majoritairement musulman, et un Sud, riche en pétrole, à majorité chrétienne.

ade/hm/jlb

PLUS:hp