NOUVELLES

Euro-2014 par équipes - Lavillenie: "Une sélection, ça ne se refuse pas!"

21/06/2014 06:42 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT

Maître incontesté de la perche, Renaud Lavillenie a accepté de braver les conditions particulières de l'Euro par équipes, dimanche à Brunswick, parce qu'"une sélection en Equipe de France ne se refuse pas".

Q: Cette compétition est-elle très différente d'un meeting ?

R: "Oui car il y a une règle de m... (ndlr: seulement quatre échecs autorisés sur tout le concours). Nous, on est pénalisé par rapport aux sprinteurs pour qui il n'y a aucune différence. Mais la plus grosse différence, c'est que l'enjeu n'est pas le même. En meeting, tu joues pour ta pomme seulement. Là, si on est en difficulté, il faut s'accrocher car il faut faire quelque chose pour l'équipe."

Q: Pensez-vous démarrer le concours avec une barre plus basse ?

R: Non. Ca ne garantit pas d'aller plus haut. Trop de sécurité peut entraîner dans un mauvais schéma et après on n'est plus capable de se lâcher. Toute la saison j'ai débuté à 5,50 m ou 5,70 m. Il n'y a aucune raison de commencer à 5,40 m.Il y a la pression du premier essai, tu te dis qu'il ne faut pas rater ou qu'il faut que ce soit un +échec positif+. Dimanche, j'aurai encore la boule au ventre au 1er essai. Mais il faudra s'adapter par rapport à la concurrence, avec des barres intermédiaires pour assurer le coup. Mais ne pas faire quelque chose qu'on n'a pas l'habitude de faire."

Q: N'est-ce pas prendre un risque de venir avec toujours l'ombre d'une blessure possible ?

R: "Je ne pense jamais à la blessure. Si elle arrive c'est qu'elle doit arriver, ici ou ailleurs. Et puis, ça fait partie du calendrier et une sélection en équipe de France cela ne se refuse pas. L'objectif est de continuer la préparation pour l'Euro (à Zurich mi-août) et de porter haut les couleurs françaises."

Propos recueillis en conférence de presse

sg/ep

PLUS:hp