NOUVELLES

Brésil : Dilma Rousseff officiellement candidate à un second mandat

21/06/2014 12:46 EDT | Actualisé 21/08/2014 05:12 EDT
Getty
Brazilian President Dilma Rousseff attends the Diplomat Day ceremony at Itamaraty Palace in Brasilia, on June 17, 2013. Brazilian Government faces protest in some state capitals against the allocation of funds towards the Confederations Cup and next year's World Cup at a time when Brazil is in dire need of investment in other areas. AFP PHOTO / Evaristo SA (Photo credit should read EVARISTO SA/AFP/Getty Images)

La candidature de la présidente du Brésil Dilma Rousseff à un second mandat dans la perspective de la présidentielle du 5 octobre, a été confirmée officiellement samedi par le Parti des Travailleurs (PT, gauche) réuni à Brasilia en convention nationale.

Sa candidature "est approuvée", a proclamé le président du parti, Rui Falcao.

La candidature de Mme Rousseff a été approuvée par les 800 délégués du PT en présence du mentor politique de la présidente, l'ancien président Luiz Incio Lula da Silva (2003-2010).

"C'est le moment d'aller de l'avant, c'est le moment de faire des changements, mes chers compagnons" a déclaré Mme Rousseff, 66 ans, juste après avoir été confirmée candidate à l'élection présidentielle en plein Mondial de football au Brésil.

Mme Rousseff, ancien membre de la guérilla, torturée et emprisonnée sous la dictature (1964-85), est arrivée au pouvoir en 2011.

Elle est confrontée depuis quelques mois à une érosion progressive de sa popularité. Mais elle reste largement favorite dans les sondages avec 39% des intentions de vote, selon une enquête Ibope publiée jeudi.

Ses principaux adversaires seront le social-démocrate Aecio Neves (PSDB), avec 21% des intentions de vote, suivi du socialiste Eduardo Campos (PSB), crédité de 10% des intentions de vote, selon un récent sondage.

Le Brésil, septième puissance économique mondiale, a été secoué l'an dernier par une fronde sociale historique contre la facture du Mondial (11 milliards d'euros) et les déficiences criantes des transports publics, de l'éducation et de la santé.

Le mécontentement de pans entiers de la population demeure important et vise une classe politique largement décriée dans son ensemble.

Toutefois les Brésiliens sont actuellement passionnés par le Mondial qu'ils rêvent de remporter pour la sixième fois, au cours de la finale du 13 juillet au Stade Maracana de Rio de Janeiro.

Ils semblent avoir remis à plus tard leurs revendications. Les manifestations en marge du Mondial ne rassemblent plus que des poignées de militants d'extrême gauche ou d'anarchistes.