DIVERTISSEMENT

FrancoFolies 2014: les organisateurs dressent un bilan positif malgré la pluie

21/06/2014 08:15 EDT | Actualisé 21/06/2014 08:20 EDT
FOTOimage

« Mission accomplie » pour les 26e FrancoFolies de Montréal, selon les organisateurs. Dans les faits, cela signifie que le festival devrait atteindre l’équilibre budgétaire d’ici la fin du présent événement, dimanche soir. Or, outre les chiffres, le président Alain Simard et son bras droit Laurent Saulnier affirment que les Francos ont pris beaucoup de tonus.

« En raison de la pluie, ç’a commencé du mauvais pied, mais on devrait rattraper sans problème le retard pris au début du festival », a affirmé en conférence de presse le cofondateur et président des FrancoFolies, Alain Simard, samedi.

Rappelons à cet égard que le ciel n’était pas des plus accueillants lors des premiers jours de ces grandes festivités musicales d’expression francophone. Rien de bien surprenant d’apprendre alors dans le bilan de la direction que les revenus ont été amoindris par le temps maussade et les averses de pluie.

Il faut voir les images vidéo du concert extérieur d’Éric Lapointe, offert sur la place des Festivals mardi soir, pour saisir l’ampleur de ces chutes d’eau qui ont accablé les organisateurs tout comme les festivaliers…

Hausse de l’achalandage

Cela dit, M. Simard estimait que les trois dernières journées avaient été fort encourageantes au niveau des entrées en salle. De surcroît, une étude menée par Secor et Ipsos Marketing publiée récemment démontrait que les FrancoFolies ont connu une augmentation considérable de son achalandage entre 2010 et 2013, soit 54 % en trois ans pour un total de 1,3 million d’entrées sur le site.

Ces statistiques sont importantes sachant que le festival traine dans ses souliers un déficit substantiel d’environ un million de dollars, discuté d’ailleurs lors du bilan de l’édition précédente, qui s’était soldé par un surplus de 100 000 $.

Malgré cette légère inquiétude financière provoquée notamment par la pluie - et par l’absence d’une subvention importante du gouvernement du Québec -, Alain Simard, tout comme le vice-président Laurent Saulnier, a tenu à spécifier « qu’au-delà des statistiques, l’équipe est fière de remplir l’objectif de promouvoir la circulation des artistes de la francophonie ».

En effet, à ce sujet, le pari est de nouveau relevé cette année. La programmation a attiré à la fois un nombre impressionnant d’artistes, de journalistes (notamment en provenance de la Chine, des États-Unis de la Suisse et de certains pays de l’Amérique du Sud) et de voyageurs. Notons que les touristes hors Québec (50 000 personnes) ont doublé cette année et que 76 % de ceux-ci proviennent de l’Europe.

Autre fait encourageant pour Alain Simard, l’augmentation étonnante des festivaliers et de journalistes anglophones présents en 2014.

Et que dire de l’immense succès des deux concerts du Belge Stromae, au centre Bell, qui ont attiré un total de 22 000 personnes, un record d’assistance pour un spectacle intérieur des FrancoFolies.

Une donne qui devrait de toute évidence permettre aux organisateurs de renflouer les coffres. Ou du moins d’absorber plus « facilement » toutes les dépenses encourues cette année.

« Dead Obies, baby ! »

En partenariat avec la radio montréalaise CKOI, le festival a remis une bourse de 10 000 $ au groupe rap Dead Obies, qui a d’ailleurs offert une excellente prestation au Club Soda, vendredi.

Cette tape dans le dos de CKOI est une façon de soutenir la relève d’ici. « C’est une manière d’encourager le talent tout en aidant ceux qui en ont besoin », a déclaré Laurent Saulnier.

« On est un jeune groupe, a dit Yes McCain, un des membres du collectif qui comprend cinq chanteurs et un beatmaker. C’est un bon moment pour faire du hip-hop. La conjoncture est vraiment agréable. C’est rassurant de voir que des gens sont intéressés à entendre de la musique alternative. »

« Dead Obies, baby! », a-t-il lancé avant de quitter la salle avec les autres gars du groupe signé chez le label montréalais Bonsound Records.

Mentionnons que le groupe a réussi, lors des Francos, à signer une entente contractuelle qui lui permettra, tout comme le groupe Monogrenade, d’aller présenter des concerts en Europe, en 2014.

Pour obtenir de plus amples informations (comme des détails sur l’implication majeure des médias sociaux dans le festival, ou encore sur la nouvelle expérience La foire des Francos, on peut consulter les quatre pages du communiqué de presse diffusé par l’équipe des FrancoFolies de Montréal.

INOLTRE SU HUFFPOST

Programmation FrancoFolies de Montréal 2014