NOUVELLES

Washington ouvrira plus de centres pour familles de migrants illégaux

20/06/2014 08:25 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - L'administration Obama a annoncé vendredi qu'elle réquisitionnerait de nouvelles prisons pour y loger des familles de migrants capturés alors qu'ils franchissaient illégalement la frontière entre le Mexique et les États-Unis, dans la foulée d'une augmentation du nombre de ces individus en provenance d'Amérique centrale.

Selon Alejandro Mayorkas, secrétaire adjoint à la Sécurité nationale, la Maison-Blanche est activement à la recherche d'espace additionnel pour y loger des familles immigrantes, principalement des mères avec de jeunes enfants, coincées alors qu'elles entraient par le Mexique. Il n'a pas précisé la capacité d'accueil de ces nouvelles installations, ni leur localisation. Le gouvernement ne dispose actuellement que d'un seul de ces refuges, en Pennsylvanie, avec de l'espace pour moins de 100 personnes.

Selon M. Mayorkas, environ 39 000 adultes accompagnés d'enfants ont été arrêtés à la frontière depuis le début de l'exercice financier actuel, en octobre dernier. L'administration en a libéré un nombre inconnu aux États-Unis depuis quelques mois, avec comme instructions de se rapporter plus tard aux bureaux des services frontaliers.

M. Mayorkas, le no 2 de l'agence et l'ancien responsable des services de citoyenneté et d'immigration, a indiqué aux journalistes qu'il ne connaissait pas le nombre de gens libérés ou qui se sont présentés par la suite.

Toujours selon M. Mayorkas, le gouvernement enverra également davantage de juges spécialisés en immigration et d'autres responsables des services d'immigration dans la région pour aider à traiter les migrants illégaux et, lorsque possible, de les renvoyer rapidement dans leurs pays d'origine. Ces migrants illégaux ont débordé les agences d'immigration aux États-Unis. Plus de 174 000 personnes, provenant principalement du Honduras, du Salvador et du Guatemala, ont été arrêtées cette année dans la région du Rio Grande, au Texas.

Par ailleurs, le gouvernement américain offrira 9,6 millions $ US à ces trois pays pour aider les autorités locales à réintégrer les migrants renvoyés chez eux. L'agence américaine de développement international mettra aussi sur pied un programme de 40 millions $ US pour aider à améliorer la sécurité des citoyens au Guatemala.

La détention des familles est depuis longtemps un dossier délicat pour la Sécurité nationale. En 2009, le département a été forcé de fermer un important centre de détention familiale au Texas après des contestations judiciaires des conditions de détention dans ces installations. En 2012, l'Immigration a aussi abandonné des plans pour accepter des offres pour un nouveau centre de détention familiale au Texas, dans la foulée de plaintes de la part de défenseurs des droits de l'homme à propos de la possibilité d'héberger des familles d'immigrants dans des prisons.

Vendredi, toujours, le président de la Chambre des représentants John Boehner a pressé le président Barack Obama d'envoyer des troupes à la frontière avec le Mexique pour aider à gérer l'afflux d'enfants et d'autres migrants. Plus de 52 000 enfants voyageant seuls ont été interceptés à la frontière depuis octobre.

L'ex-président George W. Bush a déployé des milliers de soldats à la frontière pendant son deuxième mandat pour renforcer les patrouilles frontalières. Depuis, l'agence a pratiquement doublé ses effectifs, à plus de 20 000 agents, et le nombre de migrants franchissant illégalement la frontière a diminué.

PLUS:pc