NOUVELLES

Le SPVM défend le policier impliqué dans l'arrestation d'un concierge

20/06/2014 05:20 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT
Ici Radio Canada

Aucune accusation ne sera portée contre le policier de Montréal impliqué dans l'arrestation d'un concierge et d'une enseignante d'une école primaire du Plateau Mont-Royal.

Deux semaines après l'incident, le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Ian Lafrenière, a tenu à exposer « les deux côtés de la médaille ».

« On a aussi réussi à rencontrer des témoins qui sont nullement impliqués. [...] Ce sont des gens qui sont vraiment impartiaux, qui sont neutres. Ça nous a permis de mettre au clair certains événements », indique-t-il.

Selon le SPVM, le policier répondait à un appel d'urgence lorsqu'il a brûlé un feu rouge. Il n'est toutefois pas établi si les gyrophares étaient allumés ou non.

Le 11 juin dernier, le concierge de l'école au Pied de la Montagne, Carl Cadieux, a plutôt raconté qu'il se tenait sur le trottoir lorsqu'il a vu une voiture de police brûler un feu rouge sans avoir allumé ses gyrophares. Il aurait alors hélé le policier, avant de voir l'autopatrouille faire demi-tour et revenir vers lui. Le policier serait alors descendu de la voiture et lui aurait parlé sur un ton agressif.

« La première version, c'est que les policiers lui avaient sauté dessus parce qu'il leur avait parlé », soutient M. Lafrenière. Selon le témoignage de personnes « neutres » recueilli par le SPVM, le concierge s'est placé entre les policiers et l'autopatrouille. Ces derniers auraient demandé au jeune homme de reculer à cinq ou six reprises.

Une plainte en lien avec cet incident a été déposée auprès du Comité de déontologie policière. « Tout ce qu'on peut vous confirmer avec l'information qu'on a maintenant, non il n'y a pas de faute criminelle pour nous présentement. [...] On va laisser la déontologie policière faire son travail », a ajouté M. Lafrenière. 

Une vidéo à venir

Selon Carl Cadieux, une vidéo qu'il a prise avec son cellulaire au moment de l'incident prouvera sa version de l'histoire.

« Ils n'ont pas vu la vidéo, les policiers non plus, comme les journalistes. C'est pour ça que je la garde aussi. Parce que là les mensonges qu'eux sortent ne concordent pas avec la vidéo, ça je le sais », a-t-il répliqué.

Le jeune homme a reçu le 11 juin une promesse à comparaître. L'enseignante elle aussi arrestée, Nadia Lessard, espère quant à elle ne pas avoir à se rendre jusqu'en cour. « Dans le meilleur des mondes, j'aimerais qu'ils viennent s'excuser aux enfants », souhaite-t-elle. 

INOLTRE SU HUFFPOST

Matricule 728 pour les nuls..