NOUVELLES

«La jeune fille à la perle» rentre chez elle dans un musée de La Haye

20/06/2014 03:25 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

LA HAYE, Pays-Bas - «La jeune fille à la perle» est rentrée chez elle.

Après une tournée de deux ans qui a attiré des foules records au Japon, en Italie et aux États-Unis, le chef-d'oeuvre de Johannes Vermeer daté de 1665 et d'autres oeuvres d'art néerlandaises datant du XVIIe siècle ont été retournés au musée Mauritshuis, à La Haye.

Le musée et la collection ont tous les deux changé pendant leur période de séparation. Le petit édifice du Mauritshuis, un classique de l'architecture néerlandaise, a été agrandi et réorganisé pour répondre aux demandes des touristes modernes. Au même moment, la réputation du Maritshuis s'est solidifiée grâce aux expositions internationales qui ont fait découvrir au monde ses trésors, incluant des oeuvres de Rembrandt et Peter Paul Rubens.

La directrice américaine du musée, Emilie Gordenker, a dit espérer que la tournée aura permis au musée de se faire un nom. Et si elle admet que «La jeune fille à la perle», de plus en plus souvent appelée la «Mona Lisa du Nord», est sans contredit la vedette de la collection, elle remarque que plusieurs gens visitent le musée pour cette toile mais restent pour voir les autres oeuvres.

«La jeune fille à la perle» doit une partie de sa célébrité à un roman à succès de 1999 signé Tracy Chevalier et à l'adaptation cinématographique qui en a été faite. D'autres livres ont cependant parlé d'oeuvres abritées au musée. «Le chardonneret», peint en 1654 par Carel Fabritius, est revenu aux Pays-Bas plus célèbre que lorsqu'il avait quitté, grâce au succès du roman du même nom de Donna Tartt, gagnant d'un prix Pulitzer. La toile a d'ailleurs été placée bien en évidence au musée.

Les Rembrandt du musée incluent trois autoportraits et le chef-d'oeuvre «Leçon d'anatomie du docteur Tulp».

Le Mauritshuis a été construit en 1644 au coeur de La Haye pour le noble Johan Maurits. Il a été acheté par l'État néerlandais en 1820 et est devenu un musée public après que le roi Guillaume 1er eut fait don de ses oeuvres.

PLUS:pc