NOUVELLES

La difficile négociation sur le nucléaire iranien a repris à Vienne

20/06/2014 07:13 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

La négociation sur les contours du programme nucléaire iranien a repris vendredi matin à Vienne, où les parties constatent depuis lundi l'étendue de leur divergences, à moins d'un mois de la date-butoir pour un accord.

"Je prévois qu'il faudra beaucoup de négociations pendant le mois de juillet", a déclaré à l'AFP Michael Mann, le porte-parole de la représentante diplomatique européenne Catherine Ashton, qui négocie avec l'Iran au nom des grandes puissances.

"Les progrès dans la rédaction de l'accord sont limités", a reconnu pour sa part un diplomate iranien cité par l'agence officielle IRNA.

Le 5+1 (Allemagne, Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie) et l'Iran négocient depuis le début de l'année un accord historique devant garantir aux grandes puissances que l'Iran ne cherche pas à se doter de la bombe atomique, en échange de la levée des sanctions internationales qui privent l'Iran, chaque semaine, de milliards de dollars de revenus du pétrole.

Plusieurs sources proches de la négociation ont indiqué cette semaine que les discussions butaient sur deux points-clé, d'une part le niveau d'enrichissement d'uranium que la République islamique pourrait conserver après un accord, et d'autre part le calendrier de la levée des sanctions.

Les parties continuent de viser la date-limite initialement fixée du 20 juillet pour obtenir un accord. Une prolongation de six mois est possible, mais elle n'est, pour l'heure, officiellement pas envisagée.

Aboutir dans un mois, reconnaît-on de part et d'autre, va impliquer d'accélérer encore le rythme des consultations, qui pourraient devenir quasi quotidiennes sous une forme ou sous une autre.

Selon un diplomate iranien, un prochain rendez-vous formel serait d'ores et déjà fixé pour le mercredi 2 juillet.

cs-ms/fw

PLUS:hp