NOUVELLES

La Chine cible encore davantage le contenu extrémiste diffusée sur Internet

20/06/2014 05:34 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

PÉKIN, Chine - La Chine a annoncé vendredi un tour de vis sécuritaire contre le contenu internet faisant la promotion du terrorisme et de la violence, qui a été blâmé pour avoir inspiré une récente série d'attentats meurtriers par des extrémistes islamiques cherchant à obtenir l'indépendance du Xinjiang, une région du nord-est du pays.

Le début de cette campagne survient un peu plus de deux semaines avant le cinquième anniversaire des émeutes qui ont opposé des membres de l'ethnie turque et musulmane ouïgoure et des migrants provenant d'ailleurs en Chine, qui ont fait près de 200 morts, et fait suite à une augmentation des interventions contre des crimes extrémistes en réponse à des attaques de plus en plus audacieuses et bien planifiées au Xinjiang et ailleurs, ayant fait au moins 63 morts cette année.

Selon l'agence de presse officielle Xinhua, la police filtrera le web pour y chercher du contenu faisant la promotion du djihad, ou expliquant comment fabriquer des bombes ou employer d'autres méthodes violentes. L'agence précise que les méthodes de filtrage seront renforcées et que les administrateurs réseaux ont reçu l'ordre de réglementer ce qui se passe sur leurs sites ou de risquer d'être punis.

Toujours selon Xinhua, toutes les personnes ayant participé aux récentes attaques ont été exposées à du contenu extrémiste. Des séparatistes du Xinjiang auraient récemment inondé le web avec ce genre de contenu, complexifiant la tâche des autorités et augmentant les risques d'autres attaques.

De son côté, le Bureau d'État pour les informations sur internet a offert une récompense d'environ 16 000 $ US pour des informations sur la propagation de tels contenus.

PLUS:pc