NOUVELLES

FIFPro exige que la FIFA enquête sur le coup à la tête reçu par Pereira

20/06/2014 11:35 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

RIO DE JANEIRO - Le syndicat mondial des joueurs de foot a accusé la FIFA, vendredi, d'avoir omis de protéger le milieu de terrain de la sélection de l'Uruguay Alvaro Pereira après que celui-ci eut continué de jouer malgré qu'il ait reçu un coup à la tête.

Pereira a perdu conscience après avoir reçu le genou de Raheem Sterling à la tête à la 61e minute de jeu du match de jeudi, que l'Uruguay a remporté 2-1 contre l'Angleterre. Pereira a décrit l'incident en affirmant que «les lumières se sont éteintes». Même s'il avait l'air d'un boxeur qu'on avait mis K.-O., on lui a permis de retourner sur le terrain à la 63e minute.

Le syndicat FIFPro a demandé à la FIFA de «mener une enquête exhaustive afin d'évaluer son propre protocole concernant les commotions cérébrales, qui n'a pas réussi à protéger le footballeur uruguayen Alvaro Pereira».

FIFPro a exigé qu'il y ait «des discussions d'urgence et des assurances immédiates que la FIFA pourra garantir la sécurité des joueurs». Le syndicat a aussi suggéré qu'on modifie certains règlements afin que des joueurs soupçonnés d'avoir subi une commotion cérébrale puissent se faire remplacer temporairement pendant qu'on les examine.

Selon le syndicat, Pereira a exigé de continuer à jouer, allant à l'encontre des conseils du médecin de la sélection de l'Uruguay.

Pereira a fait savoir qu'un médecin d'équipe et un médecin de la FIFA l'ont examiné après le match. On n'a pas confirmé s'il avait subi une commotion cérébrale.

FIFPro a indiqué qu'il se tiendrait au courant de l'état de santé de Pereira, vendredi, et noté que l'Urugayen «devra être soumis à d'autres examens de suivi afin de déterminer si, et quand, il pourra recommencer à s'entraîner».

Le syndicat a dit songer à affecter ses propres médecins indépendants aux matchs des prochaines compétitions de la FIFA.

PLUS:pc