NOUVELLES

En Autriche, Poutine veut demander des clarifications sur South Stream (Kremlin)

20/06/2014 09:20 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

Le président russe Vladimir Poutine compte profiter d'une prochaine visite en Autriche pour demander aux Européens de clarifier leur position sur le gazoduc South Stream, remis en cause par la crise ukrainienne, a indiqué vendredi le Kremlin.

"La question doit être clarifiée", a déclaré à la presse Iouri Ouchakov, conseiller diplomatique au Kremlin. "Il est évident que le sujet sera évoqué vu le contexte actuel. C'est un sujet très important", a-t-il ajouté.

En Autriche mardi, M. Poutine doit assister à la signature d'un accord avec le groupe énergétique autrichien OMV prévoyant la construction d'une section du gazoduc South Stream sur le territoire autrichien.

La construction de ce gazoduc, menée par le russe Gazprom avec la participation de groupes européens comme l'italien Eni ou le français EDF, a été lancée fin 2012. South Stream, dont le coût est estimé à 16 milliards d'euros et la mise en service est prévue dès la fin 2015, doit relier la Russie au sud de l'UE via la mer Noire, évitant le territoire de l'Ukraine, alors que les conflits gaziers à répétition entre Moscou et Kiev ont à plusieurs reprises perturbé les approvisionnements européens.

Mais depuis des mois, la Commission européenne conteste le projet tel qu'il est mené actuellement qui ne respecte pas selon elle la règlementation européenne en terme d'énergie et de respect de la concurrence.

Le contentieux s'est accentué avec la crise ukrainienne et sous la pression de Bruxelles et de Washington, la Bulgarie a suspendu récemment les travaux, portant un coup majeur aux travaux. La Serbie en revanche indiqué vouloir poursuivre.

Ce conflit intervient en pleine nouvelle crise gazière entre Moscou et Kiev. Gazprom a coupé le gaz lundi à l'Ukraine, qui ne veut pas régler ses dettes tant que le prix n'aura pas été baissé.

L'accord prévu avec Vienne "ne va pas débloquer la situation mais va faire pencher un peu plus la balance du côté de Gazprom: l'Autriche est un membre plus important de l'UE que la Bulgarie ou la Serbie et sa voix est plus écoutée", a estimé l'analyste russe Valéri Nesterov, de Sberbank.

"L'utilité de South Stream est évidente. L'Ukraine espère conserver le transit du gaz européen mais propose aux compagnies étrangères des parts minoritaires peu intéressantes", a-t-il observé.

Actuellement, près de la moitié du gaz russe livré à l'Europe passe par le territoire ukrainien.

as-or-gmo/edy

PLUS:hp