NOUVELLES

Des tonnes de marijuana et des dizaines de milliers de plants trouvés en Albanie

20/06/2014 06:16 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

LAZARAT, Albanie - La perquisition musclée menée pendant cinq jours dans un village du sud de l'Albanie plus tôt cette semaine a permis de confisquer de vastes quantités d'armes et de drogues, et témoigne de la détermination du gouvernement à écraser le trafic de drogue, a déclaré vendredi le premier ministre.

Environ 800 policiers ont assiégé le village de Lazarat pendant plusieurs jours, essuyant des tirs d'armes automatiques, de grenades propulsées par des fusées et même de mortiers. La police a arrêté 15 personnes. Un policier et trois villageois ont été blessés pendant les affrontements.

«La police a détruit le tabou vieux de 20 ans qui pesait sur une zone criminalisée qui s'était déclarée république séparée mais qui faisait la honte de l'Albanie», a déclaré le premier ministre Edi Rama depuis la capitale, Tirana.

Le gouvernement de M. Rama est au pouvoir depuis neuf mois. Il a affiché sa détermination à s'attaquer aux groupes criminalisés pour faciliter l'accession de son pays à l'Union européenne, alors que sa candidature a déjà été rejetée à trois reprises.

Les responsables disent avoir détruit 25,4 tonnes de marijuana, 91 000 plants et quatre laboratoires après avoir fouillé 162 maisons et immeubles. La fumée provenant de la destruction de la drogue flottait sur le village, vendredi.

La police a retrouvé une tonne de marijuana dans une seule résidence.

Les policiers ont confisqué 20 armes lourdes, des dizaines de milliers de balles et des dizaines de grenades propulsées par des fusées.

L'Albanie est un important pays producteur de marijuana, ainsi qu'une plaque tournante pour d'autres drogues arrivées d'Asie et d'Amérique latine à destination de l'Europe.

Les groupes criminels installés à Lazarat, à 230 kilomètres au sud de Tirana, produisaient environ 900 tonnes métriques de cannabis par année. La drogue avait une valeur de 6,1 milliards $ US — soit un peu moins que la moitié du PIB du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

PLUS:pc