POLITIQUE

Charte des valeurs : Janette Bertrand s'est sentie isolée

20/06/2014 09:28 EDT | Actualisé 23/03/2016 03:51 EDT
Agence QMI

L'auteure Janette Bertrand estime avoir été mal citée par les journalistes dans sa croisade pour la charte des valeurs. « J'ai souffert de ces événements, je me suis sentie seule », a-t-elle confié à Anne-Marie Dussault à l'émission 24/60.

Lors de la campagne électorale, Mme Bertrand a affirmé lors d'un événement du Parti québécois qu'une menace intégriste planait sur le Québec, s'attirant les foudres de politiciens et de commentateurs.

Elle a illustré l'importance d'adopter la charte des valeurs en évoquant un scénario hypothétique où des hommes - des « étudiants riches de McGill » - pourraient vouloir monopoliser la piscine de son immeuble en réclamant des jours de baignade seulement pour eux.

« Quand j'ai fait cette déclaration, j'étais fière de moi. Il me semble que j'avais dit les bonnes choses », explique Janette Bertrand. Elle précise que personne ne l'a appelée à la suite de cette déclaration, y compris la première ministre Pauline Marois.

Janette Bertrand tient à préciser qu'elle n'est pas une stratège. « Je suis quelqu'un qui n'a pas de stratégie. Moi, je suis comme je suis et je dis la vérité. Mais ça, ça ne fonctionne pas en politique », lance-t-elle.

Cet épisode est toutefois terminé pour elle : « Ça, c'est fini, tourne la page. Je suis une résiliente. »

Pour regarder la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici.

La fin des Janettes

Janette Bertrand annonce aussi la fin du groupe des Janettes, un rassemblement de personnalités publiques féminines en faveur de la charte.

« Les Janettes étaient là pour faire passer la charte. Et comme la charte est disparue, il n'y a plus de Janettes », explique-t-elle.

INOLTRE SU HUFFPOST

La Charte de la laïcité du Québec dans le détail