NOUVELLES

Assange dit n'avoir aucune garantie de procès équitable en Suède

20/06/2014 06:46 EDT | Actualisé 20/08/2014 05:12 EDT

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a déclaré vendredi à la radio publique suédoise n'avoir aucune garantie quant à l'impartialité de la Justice suédoise dans l'affaire de viol pour laquelle elle veut l'entendre.

"Ce qui s'est passé en Suède m'a préoccupé, si l'on considère la façon dont cette procédure s'est déroulée, et ne m'a pas convaincu que je serais traité de manière impartiale et juste par le système judiciaire suédois", a déclaré l'Australien, interrogé par SR à Londres.

M. Assange est visé par une plainte déposée par deux Suédoises d'une trentaine d'années qui l'accusent de viol et d'agression sexuelle en 2010 dans la région de Stockholm. Les magistrats suédois souhaitent l'auditionner, mais M. Assange refuse et clame son innocence.

Depuis juin 2012, il est réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres afin d'échapper à un mandat d'arrêt européen émis par la Suède, que la police britannique compte exécuter dès qu'il sortira.

M. Assange craint d'être in fine extradé et poursuivi aux États-Unis, pays dont il avait diffusé quelque 700.000 documents secrets sur le site internet qui a fait sa renommée.

Il a déploré le dialogue de sourds avec les magistrats de Stockholm. "Les autorités suédoises ont été invitées à me parler au téléphone, en se rendant à Londres, par vidéoconférence... Ces demandes ont été formulées de nombreuses fois, et tout simplement ignorées", a-t-il souligné.

La Justice suédoise estime que la venue de M. Assange sur le sol suédois est indispensable à la procédure lancée contre lui.

Les avocats suédois de M. Assange prévoient de présenter mardi à la Justice de nouveaux éléments pour sa défense, suffisamment convaincants selon eux pour provoquer l'abandon des poursuites.

L'Équateur, qui lui a accordé l'asile politique, s'est dit prêt à le garder dans l'ambassade "aussi longtemps que nécessaire".

hh/fw

PLUS:hp