NOUVELLES

Wall Street reprend son souffle après la Fed, malgré de bons chiffres sur l'emploi

19/06/2014 10:15 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Wall Street hésitait jeudi à l'ouverture après avoir salué la veille le maintien du cap de la politique monétaire américaine actuelle, en dépit de chiffres jugés encourageants sur l'emploi aux Etats-Unis: le Dow Jones grignotait 0,02% mais le Nasdaq cédait 0,06%.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones Industrial Average grappillait 3,28 points à 16.909,90 points tandis que le Nasdaq lâchait 2,75 points à 4.360,09 points.

Le S&P 500 s'appréciait de 0,05% ou 1,02 point, à 1.958,00 points.

La Bourse de New York avait fini en fanfare une séance entamée dans l'hésitation mercredi après la décision de la Banque centrale américaine (Fed), son indice élargi S&P 500 battant un nouveau record, à 1.956,98 points. Le Dow Jones Industrial Average avait gagné 0,58% à 16.906,62 points et le Nasdaq 0,59% à 4.362,84 points.

Les indices new-yorkais oscillaient autour de l'équilibre à l'entame de la séance, engrangeant quelques bénéfices au lendemain du record inédit du S&P 500, tout en restant soutenus par un optimiste tenace au sujet de l'économie américaine.

"Les nouvelles sur le marché de l'emploi restent bonnes: les inscriptions hebdomadaires au chômage" publiées avant l'ouverture "laissent anticiper une possible accélération des créations d'emplois lors de la parution des chiffres mensuels" sur le secteur début juillet, a indiqué Patrick O'Hare de Briefing.com.

Ces inscriptions au chômage ont reculé très légèrement mais plus que prévu au cours de la semaine achevée le 14 juin, s'établissant à 312.000 contre une prévision médiane des analystes de 313.000 demandes.

Les opérateurs digéraient aussi le message jugé porteur de la Fed mercredi qui "a laissé entendre qu'elle resterait accommodante tout en offrant une vision relativement optimiste de l'économie américaine", ont indiqué les experts de Charles Schwab.

Les anticipations d'un resserrement anticipé de la politique monétaire ont été balayées par la Fed et par sa présidente, Janet Yellen, qui s'est exprimée au cours d'une conférence de presse, après la publication du communiqué.

En effet, si une première remontée des taux est attendue pour la mi-2015, ce qui rendrait les investissements plus chers sur les marchés financiers, Mme Yellen a affirmé qu'il n'y avait "pas de formule mécanique" et que cela dépendrait de "comment progresse l'économie".

Et si les prévisions de croissance pour 2014 ont été nettement revues en baisse, elles sont restées inchangées pour les deux prochaines années.

Le marché obligataire progressait. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,572% contre 2,613% mercredi soir et celui à 30 ans à 3,397% contre 3,418% la veille.

ppa/lo/sam

PLUS:hp