NOUVELLES

Une élue de l'assemblée de Tokyo victime d'injures sexistes lors d'un débat sur la politique familiale

19/06/2014 05:38 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Une élue de l'assemblée municipale de Tokyo a fondu en larmes jeudi après avoir été la cible de propos sexistes de la part de collègues masculins du parti au pouvoir lors d'un débat sur la politique d'aide aux jeunes mères.

Ayaka Shiomura, 35 ans, interrogeait des responsables municipaux sur la politique de la famille, notamment sur les programmes de traitement de l'infertilité pour les femmes, quand ont commencé à fuser des commentaires salaces apparemment des rangs du Parti Libéral-Démocrate (PLD), le parti conservateur du Premier ministre Shinzo Abe.

"Pourquoi t'es pas mariée?", "t'es pas capable d'avoir un enfant?", a-t-on entendu dans la salle, a confirmé Shun Otokita, un élu d'un parti d'opposition.

Selon ce dernier, sa jeune collègue a continué à poser ses questions mais en pleurs. "C'est venu des sièges attribués aux membres du PLD", a confirmé le député à l'AFP.

Une élue du parti Komeito, qui forme une coalition de gouvernement avec le PLD, a déclaré qu'elle ne "pardonnerait jamais" ce genre de comportement, tandis que le parti communiste a parlé d'"intolérable harcèlement sexuel".

Au siège du PLD, un responsable a simplement indiqué que le parti s'informait sur ce qu'il s'était passé.

Le Japon est l'un des pays du monde où le taux de travail des femmes est le plus bas. Qui plus est, de nombreuses femmes ne peuvent accéder au marché du travail faute de crèches pour les enfants, et quand elles ont un emploi elles sont souvent professionnellement bloquées au bas de l'échelle.

De nombreuses jeunes mamans abandonnent leur emploi dès le premier enfant. Celles qui n'en ont pas encore repoussent toujours plus la décision d'en avoir un de peur de perdre leur travail.

Conséquence: le Japon a un taux de fertilité extrêmement bas (entre 1,3 et 1,4) et logiquement se dépeuple de plus en plus.

Si rien n'est fait, le Japon pourrait ainsi se retrouver avec 87 millions d'habitants en 2060 contre 127 millions actuellement.

Les femmes sont en outre sous-représentées dans les postes de direction: 11% dans le secteur privé, encore moins dans le public.

La situation est comparable en politique: l'assemblée municipale de Tokyo compte 25 femmes pour 127 sièges, tandis qu'au parlement national sur 722 élus seuls 78 sont des femmes.

kh/hg/jlh/kap/pt

PLUS:hp