NOUVELLES

Tunisie: Ennahda pour un candidat "consensuel" à la présidentielle

19/06/2014 09:33 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Le parti islamiste tunisien Ennahda a appelé jeudi la classe politique à s'entendre sur un candidat "consensuel" à la présidentielle prévue d'ici fin 2014, pour éviter davantage de "tiraillements" dans un pays encore fragile plus de trois ans après sa révolution.

"Nous proposons aux partis politiques (...) la concertation pour un consensus sur la candidature à la présidentielle d'une personnalité indépendante ou appartenant à un parti politique", a déclaré l'ex-Premier ministre Ali Larayedh, un haut responsable d'Ennahda, lors d'une conférence de presse.

Cette personnalité, "qui bénéficierait d'un large soutien", permettrait "moins de tiraillements et plus d'unité", selon M. Larayedh, qui n'a pas évoqué de noms.

"Nous sommes prêts à ne pas avoir de candidat à la présidentielle (...). Même s'il n'y a pas de consensus, Ennahda n'aura pas forcément de candidat à la présidentielle", a ajouté M. Larayedh, en précisant que les contacts à ce sujet commenceraient dès jeudi.

La Tunisie a vécu des années mouvementées après la révolution qui a renversé le président Zine El Abidine Ben Ali en janvier 2011. Le pays a notamment traversé une grave crise politique en 2013 avec l'assassinat de deux opposants de gauche et l'essor de la mouvance jihadiste.

Au terme de mois de négociations houleuses, les différents partis politiques sont parvenus à un accord prévoyant l'organisation d'élections législatives et présidentielle en 2014 ainsi que le départ du pouvoir d'Ennahda, qui a cédé la place en janvier à un gouvernement d'indépendants.

La date des scrutins n'a toujours pas été officiellement fixée mais l'instance chargée de les organiser a proposé des législatives en octobre et un premier tour de la présidentielle en novembre.

Le groupe de réflexion International Crisis Group (ICG), basé à Bruxelles, a récemment appelé les partis à poursuivre le dialogue pour éviter une nouvelle crise.

"La transition n'est pas encore achevée (...). En outre, dans un contexte régional incertain, la crise de confiance entre laïcs et islamistes ne semble pas totalement résorbée", affirme l'ICG.

"L'enjeu de la période actuelle est de prolonger le consensus issu du dialogue national et de préparer le prochain rendez-vous électoral", ajoute le groupe, en appelant les partis à "envisager les scénarios les plus inattendus, (et à) s'entendre pour limiter le pouvoir des gagnants et garantir la sérénité des perdants".

kl-iba/feb

PLUS:hp