NOUVELLES

NBA/Sterling: rejet de la demande d'ordonnance de protection

19/06/2014 04:49 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

La demande d'une ordonnance de protection formulée par Shelly Sterling pour ses avocats et deux experts médicaux qui ont fait l'objet de menaces de la part de son mari, a été rejetée jeudi par la Los Angeles Superior Court.

Le juge Michael Levanas a reconnu qu'il existait un "haut-niveau d'émotion" dans le cadre de cette affaire, mais a exhorté les deux parties à réduire leurs récriminations dans l'opinion publique.

L'avocat de Shelly Sterling avait notamment présenté dans sa requête des enregistrements de messages téléphoniques laissés par Donald Sterling, propriétaire des Los Angeles Clippers.

Selon le site internet TMZ spécialisé dans l'actualité des célébrités, Sterling s'en est notamment pris aux médecins qui ont conclu qu'il n'était plus en mesure de gérer les affaires familiales, conduisant sa femme Shelly à négocier la vente des Clippers avec l'ancien N.1 de Microsoft Steve Ballmer, pour deux milliards de dollars (1,75 mds d'euros).

Il a ainsi appelé l'un des experts qui l'a examiné, James Spar, pour le menacer de le faire renvoyer et pour l'insulter.

Il a également appelé Meril Sue Platzer, la seconde experte consultée par la famille Sterling, pour la traiter de "femme horrible" et la menacer de lui faire retirer sa licence.

L'avocat de Shelly Sterling, Pierce O'Donnell, a lui-même reçu un appel de Donald Sterling le 9 juin dans lequel le milliardaire de 80 ans l'a prévenu qu'il allait "le faire tomber". "J'ai perçu cela comme une menace pour ma vie", a déclaré O'Donnell au quotidien USA Today.

"Ce n'est pas comme cela qu'on se comporte dans une affaire de droit civil aux Etats-Unis", a regretté l'avocat.

Donald Sterling et son épouse doivent en effet se retrouver devant la Los Angeles Superior Court à partir du 7 juillet.

Mme Sterling veut que ce tribunal spécialisé notamment dans les affaires successorales confirme qu'elle avait les pleins pouvoirs pour négocier la vente des Los Angeles Clippers, ce que conteste son époux.

L'avocat de Sterling, Maxwell Blecher, a reconnu que son client avait "du tempérament", mais a présenté ses appels téléphoniques comme "des incidents mineurs dans un dossier beaucoup plus large".

Sterling a été suspendu à vie par la NBA en avril pour avoir exhorté son assistante qu'il poursuivait de ses assiduités "à ne pas s'afficher avec des noirs".

js/jr/jgu

PLUS:hp