NOUVELLES

Mondial-2014 - Hitzfeld: "Aller au-delà de nos limites"

19/06/2014 02:37 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

L'équipe de Suisse doit "aller au-delà de (ses) limites" pour espérer s'imposer face à la France, contre laquelle elle a souvent réussi à se "sublimer", estime son sélectionneur Ottmar Hitzfeld, à la veille de leur confrontation à Salvador dans le Mondial-2014.

Q: Comment abordez-vous ce rendez-vous ?

R: "Nous sommes contents d'avoir un gros match qui nous attend contre la France. La France est une équipe qui a fait une super performance contre l'Ukraine en barrage et qui depuis a aligné les bonnes performances, a gagné beaucoup de confiance. C'est une équipe qui s'est trouvée. Ils jouent l'attaque de manière très convaincante, se projettent vite, ont de la flexibilité. Cette équipe fonctionne comme une machine. Nous, on doit mettre en place notre philosophie, les perturber avec de l'agressivité, se porter vite de la défense à l'attaque et si on y arrive, on aura nos chances. On a fait de bonnes qualifications, du bon travail. La France n'a pas été très convaincante dans ses qualifications, elle est rentrée plus tard dans le jeu, mais s'est montrée très convaincante dans ses derniers matches, comme contre les Pays-Bas (2-0). La Jamaïque n'est pas vraiment un repère, même s'ils en ont mis huit et nous un... La France a fait d'incroyables progrès dans le collectif, la solidarité, et Didier Deschamps est un très bon entraîneur qui a donné à son équipe la volonté qu'il avait déjà comme joueur. Chaque star se met au service du collectif et c'est ce qui rend l'équipe dangereuse."

Q: La Suisse a bien tenu contre la France dans les dernières confrontations en matches de compétition (trois nuls en qualifications et en phase finale du Mondial-2006)...

R: "La Suisse a eu de bons résultats contre la France ces dix dernières années, mais chaque génération doit se faire valoir. La France est notre voisin, et on a une grande ambition. Notre équipe a réussi à chaque fois à se sublimer, et demain, nous devrons également aller au-delà de nos limites."

Q: Dans quelle mesure bénéficiez-vous d'un apport des origines étrangères ?

R: "La Suisse est contente d'avoir beaucoup d'immigrés, pas seulement pour le football mais aussi pour toute la population. Sans nos immigrés, on aurait des problèmes pour se qualifier à une Coupe du monde."

Propos recueillis en conférence de presse

ybl/sk

PLUS:hp