NOUVELLES

Lutte anti-terrorisme: cinq groupes, dont EIIL, interdits au Royaume-Uni

19/06/2014 01:15 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Les députés britanniques ont approuvé jeudi l'interdiction au Royaume-Uni de cinq organisations actives en Syrie, dont le groupe jihadiste de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) passé à l'offensive en Irak.

Les autres groupes bannis sont la Brigade Al-Kawathar; les Brigades Abdallah Azzam et sa branche des Brigades Ziyad Al-Jarrah; le Front populaire de libération de la Palestine - Commandant général, un groupe radical palestinien pro-régime syrien; le Parti-Front de libération du peuple révolutionnaire turc.

Appartenir à l'un de ces groupes, tous liés au conflit en Syrie selon Londres, constitue désormais un délit en Grande-Bretagne.

Cette mesure intervient alors que le Royaume-Uni agite désormais quotidiennement la menace que représente la mouvance jihadiste pour sa propre sécurité nationale.

"Nous allons continuer à tout faire pour empêcher les gens d'aller en Syrie, éviter qu'ils reviennent s'ils ont été radicalisés et de préserver la sécurité de notre pays", a souligné jeudi le Premier ministre David Cameron.

Il avait déclaré la veille que ces jihadistes menaçaient de s'en prendre directement au Royaume-Uni

Le gouvernement évalue à environ 450 le nombre de Britanniques combattant dans les rangs de l'EIIL, en Syrie et en Irak. Depuis un an et demi, 65 personnes ont été arrêtés en relation avec des activités jihadistes en Syrie et 14 se sont vues retirer leur passeport.

Le secrétaire d'Etat à la sécurité, James Brokenshire, à l'origine de la motion votée jeudi, a, lui, déclaré que la Syrie était devenue la "destination N.1" au monde pour les jihadistes.

"Le conflit en Syrie s'est accompagné d'une prolifération de groupuscules terrorites avec des objectifs et des idéologies variables, et qui n'ont que peu d'égard pour les frontières internationales", a-t-il ajouté en citant l'avancée des jihadistes d'EIIL en Irak.

jk/dh/gg

PLUS:hp