POLITIQUE

Le PLQ veut couper 7 milliards $ dans les programmes sociaux, croit le PQ

19/06/2014 01:25 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT
PC

QUÉBEC - Le gouvernement libéral devra réduire de 7 milliards $ supplémentaires les dépenses dans les programmes sociaux du Québec s'il veut atteindre ses objectifs, soupçonne l'opposition péquiste, qui demande au premier ministre Philippe Couillard lequel des programmes il sacrifiera, entre les services de garde et l'assurance-médicaments, notamment.

Le Parti québécois reproche ainsi aux libéraux de faire un choix «idéologique» pour être «comme le Canada».

En commission parlementaire sur l'étude des crédits, jeudi, le chef intérimaire péquiste Stéphane Bédard a fait remarquer que le gouvernement voulait aller plus loin que l'équilibre budgétaire et visait plutôt la moyenne des dépenses des provinces canadiennes, selon des documents du Conseil du trésor.

Or, ce faisant, le Québec devra donc abolir des programmes qu'il s'est donnés et dont d'autres provinces ne disposent pas, a déduit le chef de l'opposition. Selon M. Bédard, ce sont 7 milliards $ de dépenses que le Québec devra éliminer pour atteindre la moyenne des provinces, en plus des 4 milliards $ requis pour atteindre l'équilibre budgétaire.

«Le premier ministre nous dit qu'il faut atteindre un pourcentage comparable au reste du Canada. Beau débat! (...) Là, il nous dit qu'il va trouver ça dans les frais administratifs. Impossible. Là, on est rendu dans le panier de services», a-t-il dit.

Le chef parlementaire du Parti québécois a énuméré cinq mesures particulières au Québec en demandant à Philippe Couillard lesquelles il sabrera: les services de garde, l'assurance-médicament, les congés parentaux, les droits de scolarité inférieurs et l'indemnisation plus généreuse des victimes d'actes criminels.

«Qu'est-ce qu'on doit enlever dans cette liste-là?» a-t-il insisté.

Philippe Couillard n'a pas fermé la porte clairement à l'abolition de ces programmes. «Il faut absolument qu'on revienne à nos moyens réels, a-t-il répondu en commission. Les programmes de solidarité collective financés avec la carte de crédit, ce n'est que du vent.»

En point de presse, Stéphane Bédard a reproché aux libéraux d'avoir évité d'aborder la question de la cible de la moyenne des dépenses des provinces auparavant.

«C'est un choix, mais je ne me rappelle pas d'avoir discuté de ça à la dernière campagne électorale. (...) On est tous pour l'équilibre budgétaire, mais être pareil au Canada, c'est différent. Le choix du gouvernement, il est idéologique: on veut être comme le Canada. (...) Est-ce que la Norvège, quand elle fait son budget, se dit qu'elle doit être pareille au Royaume-Uni?»

Philippe Couillard a à son tour répliqué en point de presse. Selon lui, c'est justement parce qu'il faut préserver la spécificité du Québec et de ses programmes sociaux qu'il faut se «rapprocher de la moyenne canadienne», sans nécessairement l'atteindre.

Au cours des travaux de la future commission sur la révision des programmes, «on va poser la question de leur pertinence», a dit le premier ministre. Ils ne vont pas disparaître nécessairement, a-t-il assuré, même qu'ils pourront être solidifiés. Mais il a lancé cette mise en garde: «On ne pourra pas continuer à financer complètement tous ces programmes-là avec l'état de l'économie et l'état des finances publiques qu'on a».

«Tout va être discuté», a-t-il conclu.

INOLTRE SU HUFFPOST

La campagne électorale en citations