NOUVELLES

La Côte d'Ivoire dans un inextricable conflit foncier

19/06/2014 02:46 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

"Ma vie, c'est ici. Pas question de partir!", lance Adama Dembélé, chef d'une communauté originaire du nord de la Côte d'Ivoire établie dans l'Ouest, dont certains membres sont menacés d'expropriation de leurs terres par des familles dites "autochtones".

"J'ai tout investi ici, je suis ici. Je ne peux plus aller ailleurs. Je ne connais que Duékoué" (ouest), argumente l'homme né "en 1945" dans cette ville où fleurissent les litiges fonciers.

Dans tout le pays, les tribunaux croulent sous les dossiers fonciers. La terre, si nourricière dans la verte Côte d'Ivoire, empoisonne le quotidien de ses citoyens.

"Longtemps, elle a appartenu aux ancêtres, pas aux humains, qui en avaient l'usufruit. Il y avait un +chef des terres+ qui était le gestionnaire de l'usage", raconte un bon connaisseur du dossier.

L'Etat prend le contrôle du sol durant l'époque coloniale, le conserve après l'indépendance en 1960. Le pays connaît ensuite deux décennies de forte croissance liée au cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial.

En 1998, une loi foncière autorise la propriété privée, jusqu'alors réservée à une infime minorité.

Mais la population a été multipliée par quatre entre 1960 et 1998, passant à 16 millions d'habitants (environ 23 millions aujourd'hui). Un grand nombre de migrants des pays voisins (Burkina Faso, Mali) travaillent dans les plantations de cacao.

Les litiges sont innombrables, et parfois sanglants, entre les autochtones se disant propriétaires coutumiers de la terre et les cultivateurs, souvent des Ivoiriens venus d'ailleurs ou des étrangers.

C'est dans l'Ouest fertile, région la plus touchée par ces problèmes fonciers, que les pires atrocités ont été commises durant la décennie de crise politico-militaire (2000-2011).

"Chaque jour, nous sommes assaillis par des plaintes", confesse le préfet de Bangolo (ouest), Mahama Gbané, dont les "collaborateurs sous-préfets" passent "80%" de leur temps à gérer des problèmes fonciers.

Il y a 11 ans, la Côte d'Ivoire se retrouve coupée en deux lorsqu'une rébellion favorable à l'actuel chef de l'Etat Alassane Ouattara s'empare du Nord, le Sud restant loyal à l'ancien président Laurent Gbagbo.

La crise postélectorale de 2010-2011, née du refus de M. Gbagbo de reconnaître la victoire de son adversaire, fera 854 morts dans l'Ouest, soit près du tiers des victimes dans tout le pays, selon la justice.

- 'Dépossession' -

Les habitants qui ont fui à Abidjan ou au Liberia pour échapper aux exactions constatent à leur retour que "ceux qui étaient armés sont devenus les nouveaux propriétaires", accuse, rageur, le maire de Bangolo, Evariste Sah.

Des "milliers de plaintes" ont été déposées dans ces régions pour "dépossession de terres liée au déplacement provoqué par le conflit postélectoral", pointe l'ONG Human Rights Watch.

C'est ici que le conflit foncier prend une dimension politique, les nouveaux maîtres de la terre étant souvent des Ivoiriens originaires du Nord et des étrangers, assimilés aux rebelles pendant la crise.

Les autochtones, souvent prompts à louer ou vendre leurs terres au plus offrant, ont leur part de responsabilité. "Avec la crise, la pauvreté s'est installée. Quand vous leur proposez un peu d'argent pour une parcelle, ils font des contrats", reconnaît André Guéi Flan, chef traditionnel dans la localité de Béoué, à 5 km de Bangolo.

Ce genre de document, paraphé hors de tout cadre légal, génère de nombreux conflits.

Aladari Yao, un Burkinabè installé depuis deux ans à Béoué, a ainsi payé 170.000 francs CFA (260 euros) à un habitant du cru pour un pan de forêt déjà exploité. Il en est pour ses frais.

La loi sur le foncier rural de 1998 interdit pourtant aux étrangers d'être propriétaires de parcelles. Tout juste peuvent-ils louer à l'Etat les terres sur lesquelles ils ont créé leurs plantations.

Cette même loi, méconnue, donnait également 10 ans aux agriculteurs pour faire enregistrer leurs terres.

Le délai a été prolongé de 10 ans en août dernier, car à peine 20.000 hectares sur 23 millions sont immatriculés aujourd'hui, soit 0,09% de la superficie agricole.

"La paix et la cohésion sociale" sont en jeu, remarquait fin octobre le ministre de l'Agriculture Mamadou Sangafowa Coulibaly. Mais l'Etat n'a alloué "aucun budget" à la "sécurisation foncière", déplore un cadre de ce ministère.

Les enjeux économiques sont pourtant fondamentaux. Les vergers ivoiriens, plantés dans les années 1960-70, deviennent improductifs et doivent être remplacés. Pour cela, des prêts bancaires seront nécessaires, que seuls des propriétaires fonciers pourront assumer.

La terre, moteur de croissance dans le passé, pourrait aujourd'hui condamner la Côte d'Ivoire à la stagnation. Et un expert de juger: "tant que l'Etat n'aura pas franchi le pas, il ne peut y avoir de décollage agricole".

eak-jf/hba/mba

PLUS:hp