NOUVELLES

Jérusalem-Est: l'Australie rassure les chancelleries arabes

19/06/2014 04:33 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

La ministre australienne des Affaires étrangères a reçu jeudi des ambassadeurs de pays arabes et musulmans pour clarifier la position de son pays sur le statut de Jérusalem-Est après des propos controversés d'un membre du gouvernement.

Julie Bishop a rencontré quelques uns des 18 chefs de chancelleries étrangères qui avaient protesté la semaine dernière auprès du ministère en dénonçant de récentes déclarations du ministre de la Justice.

L'attorney-général George Brandis avait indiqué que le gouvernement n'utiliserait plus le qualificatif d'"occupée" au sujet de Jérusalem-Est. Cet adjectif "est chargé d'implications péjoratives, ce qui n'est ni approprié ni utile", avait-il expliqué.

Selon Julie Bishop, la discussion avec les ambassadeurs a été "constructive". Elle a réaffirmé que la politique de Canberra concernant les territoires palestiniens était inchangée.

"Notre position est conforme aux résolutions de l'ONU, y compris les résolutions du Conseil de sécurité 242 et 338" appelant au "retrait" des forces armées israéliennes des territoires occupés et à des négociations visant à "instaurer une paix juste et durable au Proche-Orient", a-t-elle dit.

Les propos de l'attorney-general concernaient la "nomenclature et n'étaient pas des commentaires sur le statut légal des territoires palestiniens", selon elle.

Le chef de la délégation palestinienne à Canberra s'est déclaré satisfait de son entretien avec la chef de la diplomatie australienne.

"La ministre des Affaires étrangères a été très claire aujourd'hui. Oui, Jérusalem-Est est occupée. Elle l'a répété plusieurs fois", a assuré Izzat Abdulhadi à Sky News.

"Elle a aussi indiqué qu'à partir de maintenant la politique (étrangère) de l'Australie serait expliquée par elle-même, ou par le Premier ministre", a-t-il ajouté.

Les échanges commerciaux entre l'Australie et le Moyen-Orient représentent des milliards de dollars. L'Australie exporte des céréales et de la viande. Le Qatar et la Jordanie sont des marchés importants pour les moutons vivants.

La partie orientale de Jérusalem, à majorité arabe, est occupée et annexée depuis juin 1967 par Israël après une guerre israélo-arabe. Les Palestiniens ambitionnent d'en faire la capitale de leur futur Etat.

Quelque 200.000 Israéliens y habitent dans des quartiers de colonisation, à côté de plus de 290.000 Palestiniens.

La communauté internationale ne reconnaît pas l'annexion de Jérusalem-Est et considère les colonies en territoire occupé comme illégales au regard du droit international.

mp/bp/gab/fmp/jh

PLUS:hp