NOUVELLES

"Ici Donetsk": les séparatistes prennent d'assaut les ondes

19/06/2014 06:37 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Sur fond de musique patriotique, une voix d'homme retentit: "Aujourd'hui, lorsque l'on dit que l'ennemi est à nos portes, ce n'est pas de la propagande mais la dure réalité".

Vous écoutez Radio République - la seule radio officielle de la République populaire de Donetsk, autoproclamée par les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine où Kiev a lancé une opération militaire.

Outre Radio République, les rebelles ont aussi mis en place une chaîne de télévision pour promouvoir leurs idées. Ils transmettent par ce biais des appels à recrutement pour combattants ou des informations sur les dons de sang.

La station émet depuis le siège de l'administration régionale, entourée de barricades, devenue le quartier-général des séparatistes prorusses depuis début avril.

Près de la porte du studio, deux barres de fer ont été posées en cas d'attaque. Il y a aussi cinq masques à gaz prêts non loin. Sur le mur a été accroché le drapeau noir-bleu-rouge des séparatistes.

Après avoir donné des conseils à ses auditeurs, la radio lance une publicité qui vise à recruter des nouveaux combattants: "Mineurs, prenez les armes et défendez votre terre - demain, il sera trop tard".

Avec ses lunettes, son jean et ses baskets, le principal animateur, Gueorgui, ne ressemble pas aux rebelles armés en tenue de camouflage qui essaiment dans la région.

"J'ai fait mon choix. Je ne suis pas aux check-points avec mon arme mais je ne l'exclus pas non plus. Aujourd'hui, je fais ce que je sais faire le mieux, plutôt que de tirer", explique Gueorgui.

- Branchée sur une radio publique russe -

Ancien DJ pour une radio commerciale, il a rejoint la nouvelle radio des séparatistes en avril, après avoir aidé à construire des barricades autour du QG des rebelles.

Radio République émet sur deux fréquences FM, ainsi que sur internet. Il s'agit d'une radio pirate, reliée à un satellite, qui interrompt la radio Vesti FM, contrôlée par l'Etat russe, pour diffuser ses propres jingles, journaux d'information et débats.

Mais selon Gueorgui, même si aucune autorisation n'a été demandée à Vesti FM, la Russie ne devrait pas s'opposer à ce qu'une radio transmette son point de vue dans l'est de l'Ukraine.

A Donetsk, les séparatistes ont systématiquement saisi ou fermé les médias indépendant ou pro-Kiev - les radios qui émettent encore ne diffusent plus que de la musique pop, qui contrastent avec le ton alarmiste de Radio République.

Pour l'instant, les 10 membres de la radio sont tous des volontaires et aucun n'est payé, explique Gueorgui.

- Appel à des conducteurs de tank -

Pour faire passer ses messages, la République de Donetsk peut aussi compter sur sa chaîne de télévision.

Dans le QG, des sympathisants des séparatistes installent des chaises autour d'un écran de télévision qui diffuse des images de la chaîne publique russe, Rossia 24 - mais son logo a été remplacé par celui de la République de Donetsk.

Sur l'écran défile un numéro de téléphone où l'on peut dénoncer "pillages, kidnappings, terrorisme et provocations", puis un appel "de toute urgence" à des conducteurs de tanks.

La nouvelle chaîne diffuse environ 30 minutes de contenu original chaque heure, et le reste provient de Rossia 24, explique son producteur, qui ne souhaite donner que son prénom, Alexeï.

Rossia 24 n'a pas non plus donné sa permission pour la rediffusion de son contenu, mais Alexeï assure qu'il a un "accord tacite" avec les correspondants de la chaîne dans la région.

Son siège, situé dans le centre de télévision de Donetsk, sert aussi de caserne et de lieu d'entraînement pour les rebelles.

"Pour le moment, le plus important est de dire aux gens la vérité et leur montrer que leur opinion, leur choix est très important. C'est la guerre, la vraie guerre", lance Alexeï.

am-all/edy/fw

PLUS:hp