NOUVELLES

La GRC annonce les détails d'une importante enquête sur la cyberpédophilie: 343 accusations déposées

19/06/2014 11:05 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT
Shutterstock

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a conclu son opération Snapshot III en Nouvelle-Écosse. La vaste enquête ciblant des prédateurs sexuels en ligne a donné lieu au dépôt de 343 accusations, dont des accusations d'agressions sexuelles.

Cette opération a permis aux policiers de sauver cinq enfants de « très jeune âge ». Deux de ces enfants viennent de la Colombie-Britannique, un de l'Ontario, un du Québec et un autre du Nouveau-Brunswick.

La GRC a confirmé qu'elle a collaboré avec 40 services de police provinciaux et municipaux de partout au pays dans cette opération qui a donné lieu à 167 enquêtes.

L'opération Snapshot III a mené à l'arrestation ou à la mise sous enquête de 150 Canadiens, dont 18 Québécois.

Selon les informations transmises par les autorités, plus de 1 million d'images ont été saisies par la GRC au cours des derniers mois.

« Ce n'est pas un phénomène nouveau » — Bob Resch, Inspecteur du Centre national de coordination contre l'exploitation des enfants (CNCEE).

Au Nouveau-Brunswick, les forces policières ont mené sept enquêtes et des accusations ont été portées contre deux personnes en lien avec des cas d'agressions sexuelles.

Un enfant a été secouru d'une « présumée situation abusive » selon le Groupe de lutte contre l'exploitation d'enfants dans Internet.

« Chaque enquête et saisie d'images d'exploitation sexuelle d'enfants permet d'empêcher que de nombreux enfants ne deviennent des victimes. Les enquêtes se poursuivent et d'autres accusations pourraient être portées » - Kevin Leahy, officier responsable du Groupe de lutte contre l'exploitation d'enfants dans Internet

Au cours de l'opération, des membres du Groupe intégré de lutte contre l'exploitation d'enfants dans Internet ont exécuté cinq mandats de perquisition dans des résidences de la région d'Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Rappel

En 2012, la GRC a identifié au-delà de 45 000 adresses Internet où des personnes auraient visionné et partagé des images d'enfants agressés sexuellement.

INOLTRE SU HUFFPOST

Cybercrime: les 20 villes les plus à risques au pays