NOUVELLES

Chine : ouverture d'une enquête contre le frère d'un dignitaire du PCC

19/06/2014 09:08 EDT | Actualisé 19/08/2014 05:12 EDT

Le Parti communiste chinois a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête contre le frère de Ling Jihua, un proche du président sortant Hu Jintao, dont la réputation a été ternie par la mort accidentelle de son fils au volant d'une Ferrari en 2012.

Ling Zhengce est soupçonné de "graves violations de la discipline", a indiqué la Commission centrale de contrôle de la discipline, le gendarme du Parti, sur son site web.

Une formule utilisée pour qualifier des des faits de corruption, un phénomène endémique dans tout l'appareil du Parti communiste au pouvoir, et qui alimente un vif mécontentement populaire.

Le 18 mars 2012 à l'aube, le fils de Ling Jihua, Ling Gu, avait trouvé la mort dans un accident sur le quatrième périphérique à Pékin. Il se trouvait en compagnie de deux jeunes femmes, grièvement blessées dans l'accident. L'une était nue, l'autre à demi dévêtue.

A la suite du scandale déclenché par cet accident, Ling Jihua, autrefois considéré comme un proche conseiller de l'ancien président Hu Jintao, n'avait pas été promu au Bureau politique, à l'occasion d'un remaniement du parti en 2012.

Il a conservé son poste au Comité central de 205 membres, mais avait été rétrogradé : alors qu'il était chef du puissant Département des affaires générales du Comité central, il a été nommé à la fonction nettement moins stratégique de responsable du département du Front uni au sein du Parti, qui gère les relations avec les organisations non communistes.

Les nominations à la direction du PCC sont décidées au cours d'un processus opaque et découlent, selon les analystes, de tractations en coulisses entre factions rivales, souvent fondées sur des liens régionaux ou familiaux.

Le frère de Ling, Ling Zhengce, a été vice-président de la Conférence consultative du peuple chinois de la province du Shanxi, une institution qui fait partie de la structure de gouvernement contrôlé par le parti.

Des photographies de l'accident en 2012 ont été brièvement diffusées en ligne, suscitant des interrogations sur la façon dont le fils d'un haut cadre du Parti avait pu s'offrir une voiture de sport à plus de 600.000 euros.

La vaste majorité de la population chinoise est convaincue que la nomenklatura communiste du régime bénéficie d'une vie privilégiée, dans un climat d'impunité malgré l'opération anticorruption menée par le numéro un, Xi Jinping.

tjh/jom/fw/sym

PLUS:hp