NOUVELLES

Yémen: un officier impliqué dans la lutte contre Al-Qaïda blessé dans un attentat

18/06/2014 09:15 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Un officier de renseignement yéménite, impliqué dans la lutte contre Al-Qaïda, a été grièvement blessé dans un attentat mercredi et quatre des responsables présumés de cette attaque ont été arrêtés peu après à Sanaa.

L'attentat a été perpétré par deux hommes à moto qui ont surpris l'officier, le colonel Ali al-Charafi, alors qu'il sortait de son domicile dans le centre de la capitale, a indiqué un responsable des services de sécurité.

"Le colonel a été atteint de huit balles. Il a été opéré et il est dans un état critique", a indiqué à l'AFP une source médicale à l'hôpital où il a été transporté.

Cet officier était en charge des escortes de prévenus jugés à Sanaa pour appartenance à Al-Qaïda. Il a également aidé à démanteler une cellule du réseau extrémiste responsable, selon les services de sécurité, de plusieurs attentats meurtriers dans la capitale.

Trois heures après l'attentat, les services de sécurité ont annoncé l'arrestation de quatre responsables présumés de l'attaque, dans le nord de Sanaa.

D'autres complices sont recherchés dans la même zone de la ville, a affirmé l'un des responsables des services de sécurité.

Par ailleurs, les autorités ont annoncé l'arrestation du chef d'Al-Qaïda pour la région de Hodeïda (ouest), Abdel Rahmane Chouaïb Mehjeb.

L'homme, présenté comme "l'un des terroristes les plus recherchés" par les services de sécurité, était entre autres responsable du rapt il y a plus d'un an d'un couple sud-africain au Yémen, a rapporté l'agence officielle Saba.

Les deux Sud-Africains étaient enseignants au Yémen depuis quatre ans quand ils ont été enlevés le 27 mai 2013 dans la ville de Taëz (sud-ouest) par des membres d'Al-Qaïda.

La femme a été libérée le 10 janvier mais l'époux est toujours aux mains de ses ravisseurs, qui réclamaient le versement d'une rançon de 3 millions de dollars.

Al-Qaïda est rendu responsable de plusieurs attentats contre des officiers de l'armée et des services de sécurité.

jj/mh/tm/hj

PLUS:hp