NOUVELLES

Wall Street: le S&P 500 bat un nouveau record après la décision de la Fed

18/06/2014 04:58 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Wall Street a fini en fanfare une séance entamée dans l'hésitation mercredi, son indice élargi S&P 500 battant un nouveau record, rassurée par le maintien du cap de la politique monétaire américaine malgré des prévisions de croissance plus sombres.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average s'est adjugé 0,58%, soit 98,13 points, à 16.906,62 points et le Nasdaq 0,59%, soit 25,60 points, à 4.362,84 points.

Le S&P 500 a grimpé de 0,77% ou 14,99 points, à 1.956,98 points, un niveau inédit en clôture.

La volatilité des échanges a par ailleurs atteint un plus bas depuis avant la crise financière de 2008, l'indice VIX, dit "indice de la peur", clôturant à 10,61, un plus bas depuis le 23 février 2007, lorsqu'il avait terminé à 10,58.

Les indices, qui ont entamé la séance sans conviction, craignant une mauvaise surprise de la part de la banque centrale américaine, ont nettement repris du poil de la bête en deuxième partie de séance.

A l'issue d'une réunion de deux jours, la Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé de réduire encore davantage son soutien à l'économie, de dix milliards de dollars, et de maintenir le statu quo sur son taux directeur, quasi nul.

Comme l'escomptaient une partie des analystes, la Fed a aussi prévenu que la croissance américaine serait moins vigoureuse que prévu en 2014, misant sur une fourchette de 2,1% à 2,3% contre 2,8 à 3,0 envisagés auparavant.

Le marché a pris ces nouvelles du bon côté.

"La poursuite du programme de ralentissement des rachats de la Fed envoie le signal au marché que tout va bien et que l'économie est en train peu à peu de se soigner", a commenté Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.

En outre, "les craintes que la politique sur les taux d'intérêt soit plus négative" pour le marché, avec des signes de resserrement anticipé, ont été balayés par la Fed et par sa présidente, Janet Yellen, qui s'est exprimée au cours d'une conférence de presse, à l'issue du communiqué.

En effet, si une première remontée des taux est attendue pour la mi-2015, ce qui rendrait les investissements plus chers sur les marchés financiers, Mme Yellen a affirmé qu'il n'y avait "pas de formule mécanique" et que cela dépendrait de "comment progresse l'économie".

Sur le front géopolitique, les opérateurs ont gardé un oeil du côté de l'Irak, où les combats faisaient rage entre les troupes gouvernementales et les insurgés islamistes, qui ont pris en dix jours le contrôle de vastes régions du pays.

Un assaut sur la principale raffinerie du pays au nord de Bagdad a attiré l'attention des investisseurs, qui s'inquiétent de l'impact d'une flambée des prix du brut sur la reprise économique mondiale.

Le marché obligataire a accentué sa progression. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé a 2,613% contre 2,655% mardi soir et celui à 30 ans à 3,418% contre 3,446% la veille.

ppa/sl/are

PLUS:hp