NOUVELLES

USA: le sergent Bergdahl "voulait tuer plus" de talibans, dit un ex-camarade

18/06/2014 04:20 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Un ancien soldat de l'unité du sergent américain Bowe Bergdahl, libéré le 31 mai après cinq ans de captivité, a affirmé mercredi devant le Congrès américain que Bergdahl réclamait en permanence de pouvoir "tirer et tuer" des talibans.

"Il ne comprenait pas pourquoi on faisait des missions humanitaires au lieu de traquer les talibans", a expliqué devant une commission de la Chambre des représentants Cody Full, ancien soldat et compagnon de chambrée de Bowe Bergdahl.

Alors recadré par ses supérieurs, "Bergdahl n'était pas content de ne pas pouvoir tirer et tuer", a raconté Cody Full dans une déclaration écrite plus détaillée.

"Bergdahl a expliqué dans des emails qu'il voulait aider les Afghans, mais en réalité il était en désaccord avec ça et voulait tuer plus" de talibans, affirme Cody Full. "Bergdahl se plaignait auprès de ses parents que notre unité commettait des atrocités au lieu d'aider les populations locales, mais à nous, il disait qu'on devait arrêter d'essayer de conquérir les coeurs et qu'on devait se concentrer au contraire sur tuer les talibans".

Selon Cody Full, la disparition de Bowe Bergdahl, découverte à l'aube du 30 juin 2009, était sans aucun doute une désertion préméditée, car il avait préalablement renvoyé chez lui ses effets personnels et a ensuite été observé rampant près d'un village voisin, seul.

"Bowe Bergdahl ne doit pas être décrit comme ayant servi avec honneur et distinction", a dénoncé Cody Full, en appelant à sa condamnation par la justice militaire.

Bowe Bergdahl a été libéré le 31 mai en échange de cinq cadres talibans emprisonnés à Guantanamo, un échange de prisonniers qui a déclenché les critiques des républicains, pour qui le prix payé est trop élevé. Des témoignages s'accumulent depuis contre lui, certains affirmant que six soldats américains sont morts dans de vastes opérations lancées pour le retrouver, un chiffre toutefois non confirmé.

"Nous savions que nous devions faire tout ce que pouvions pour le retrouver, mais tous mes hommes et moi-même étions absolument furieux et amers qu'un soldat américain nous ait mis dans cette position", a témoigné mercredi Mike Walz, qui commandait en 2009 une compagnie de forces spéciales dans l'est de l'Afghanistan.

Bowe Bergdahl se trouve actuellement dans un centre médical militaire au Texas (sud), et l'armée de Terre enquête pour déterminer s'il a effectivement déserté et si des poursuites doivent être engagées contre lui.

ico/are

PLUS:hp