NOUVELLES

"Pas de nécessité de modifier le pacte de stabilité", affirme Merkel

18/06/2014 08:58 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré mercredi qu'elle ne voyait pas la nécessité de modifier le pacte européen de stabilité, alors que des propos de son ministre de l'Économie Sigmar Gabriel ont été interprétés comme allant dans ce sens.

Au sein du gouvernement allemand, "nous sommes d'accord qu'il n'y a pas de nécessité de modifier le Pacte de stabilité", a déclaré Mme Merkel. Le pacte actuel offre déjà "suffisamment de flexibilité, c'est notre conviction commune", a-t-elle affirmé lors d'une conférence de presse à Berlin, en soulignant qu'elle avait parlé à M. Gabriel mercredi matin.

Le vice-chancelier et ministre de l'Économie allemand social-démocrate avait proposé lundi à Toulouse d'exclure du calcul du déficit public en zone euro les "coûts occasionnés par les mesures de réforme", pour "donner plus de temps" aux pays concernés par des déficits excessifs.

Cette déclaration avait été comprise comme un pas en direction de l'Italie et de la France qui pousseraient à un assouplissement des règles de stabilité budgétaire en Europe afin de relancer la croissance et l'emploi.

Les conservateurs de Mme Merkel ont toujours adopté une attitude orthodoxe et intransigeante sur cette question très sensible pour l'opinion publique allemande.

Le ministre français de l'Économie, le socialiste Arnaud Montebourg, avait salué lundi les propos de son homologue allemand lors de leur visite conjointe sur le site du constructeur aéronautique Airbus à Toulouse (sud-ouest de la France). "L'Europe doit maintenant se bouger et évoluer rapidement pour organiser la sortie de crise (...). Je remercie M. Gabriel pour ses propos afin que l'on ait un chemin de croissance et non de chaos (...) le moment est venu pour agir en conséquence", avait-il dit.

Sigmar Gabriel a semblé rectifier lui-même le tir dans une interview publiée mercredi matin. "Nous ne devons pas nous éloigner en Europe du Pacte de stabilité. Il n'est pas suffisant d'annoncer des réformes. Le Pacte de stabilité donne de la flexibilité et du temps, seulement si elles (les réformes) sont mises en oeuvre", a-t-il déclaré au quotidien Bild.

Le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert s'est aussi employé à une explication de texte mercredi, lors d'une autre conférence de presse mercredi au cours de laquelle il a longuement été interrogé sur le sujet.

"Le pacte comprend déjà la flexibilité nécessaire (...) C'est pourquoi nous devons agir à l'intérieur du pacte", a-t-il dit, en martelant qu'aucune modification n'était envisagée par Berlin.

Il a d'ailleurs remarqué que des Etats européens avaient de fait déjà obtenu plus de temps pour réduire leurs déficits publics.

clp-aro/phv

PLUS:hp