NOUVELLES

Pakistan/offensive: couvre-feu assoupli avant mouvements de troupes au sol (autorités)

18/06/2014 05:30 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Le Pakistan a assoupli mercredi le couvre-feu imposé depuis le début de son offensive militaire contre les talibans et Al-Qaïda dans une zone tribale du nord-ouest pour permettre aux civils de fuir avant d'y déployer des troupes au sol, selon les autorités locales.

L'opération dans le Waziristan du Nord avait été lancée dimanche dernier pour détruire les repaires des rebelles islamistes, accusés de multiples attentats, dans cette région située à la frontière afghane et devenue depuis 2001 leur principal sanctuaire dans le pays.

Les autorités ont annoncé mercredi la levée du couvre-feu à tour de rôle dans plusieurs localités du Waziristan du Nord "pour permettre aux civils locaux de gagner des endroits plus sûrs", a expliqué à l'AFP par un responsable local des services de sécurité.

Les civils pourront ainsi prendre la route mercredi, jeudi ou vendredi en fonction des localités où ils se trouvent, ont indiqué plusieurs responsables locaux. Fermés depuis six jours, les marchés et échoppes du Waziristan du Nord ont rouverts pour leur permettre de se ravitailler, a-t-on constaté sur place.

Mercredi, plusieurs milliers de voitures et camions ont commencé à quitter Bannu, principale ville située aux portes du Waziristan du Nord (à 10 km) pour aller chercher des civils, créant un embouteillage géant sur la route.

Selon les responsables locaux, l'armée va ensuite réinstaller le couvre-feu et déployer des troupes au sol pour "nettoyer" la zone.

Les deux principales villes du Waziristan du Nord, Miranshah et Mir Ali, "ont déjà été bouclées, et des fantassins y arriveront une fois les civils partis", a précisé le responsable local des services de sécurité. "Les troupes au sol iront d'abord dans les grandes villes, puis les faubourgs, puis les villages et zones de montagnes".

Interrogé sur une éventuelle résistance des rebelles, il a dit s'y attendre "dans les faubourgs des villes et les montagnes", affirmant que l'opération continuerait "jusqu'à l'élimination du dernier terroriste".

"La stratégie est de nettoyer tout le Waziristan du Nord. Cela prendra du temps et je ne peux pas vous dire combien, mais nous irons jusqu'au bout et serons sans pitié", a-t-il ajouté.

L'armée pakistanaise a depuis le début de son offensive rencontré très peu de résistance des rebelles sur le terrain. Avant même son lancement, des sources locales avaient indiqué à l'AFP que la plupart des combattants islamistes avaient fui la zone en passant pour nombre d'entre eux la frontière afghane toute proche.

L'armée pakistanaise affirme que l'opération menée depuis 3 jours, et attendue de longue date par ses alliés occidentaux, a tué près de 200 personnes, tous des combattants rebelles selon elle. Un bilan impossible pour l'heure à confirmer de source indépendante.

Les Etats-Unis ont participé dans la matinée à l'escalade au Waziristan du Nord par deux bombardements de drones, tuant au moins cinq rebelles dans trois camps, selon les autorités locales.

La reprise la semaine dernière des tirs de drones américains, interrompus depuis six mois, juste avant l'offensive pakistanaise dans la même zone nourrit les soupçons de coopération entre les Etats-Unis et le Pakistan, avérée par certains documents publiés ces dernières années. Mais Islamabad, confronté au quotidien à une opinion publique volontiers anti-américaine, nie en bloc et continue de condamner officiellement les frappes de drones.

L'opération au Waziristan du Nord était réclamée de longue date par plusieurs importants alliés du Pakistan, à commencer par les Etats-Unis, pour éradiquer ces sanctuaires servant également de base arrière à des talibans afghans en guerre contre Kaboul et ses alliés occidentaux en Afghanistan.

str-hk-shk/sjd/emd/ros

PLUS:hp