NOUVELLES

L'Iran lie une coopération avec les USA en Irak à un accord sur le nucléaire

18/06/2014 09:47 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

L'Iran a posé mercredi la réussite des pourparlers dans le dossier nucléaire comme condition préalable à une éventuelle coopération avec les États-Unis en Irak.

Les discussions 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) sur le nucléaire iranien "sont un test de confiance", a déclaré Mohammad Nahavandian, chef de cabinet du président de la République iranienne, invité à une conférence en Norvège.

"Si cela débouche sur une résolution finale, il pourrait alors y avoir des opportunités de discussion sur d'autres thèmes", a-t-il dit, interrogé par les médias sur une telle perspective de coopération.

L'actuelle offensive de jihadistes sunnites en Irak inquiète aussi bien Washington que Téhéran, relançant l'idée d'un rapprochement de circonstance entre les États-Unis et l'Iran.

Le secrétaire d'État adjoint américain William Burns a ainsi "rencontré brièvement" des responsables iraniens lundi à Vienne, selon la porte-parole du département d'État, en marge des négociations sur le nucléaire.

Engagés dans une course contre la montre, les grandes puissances et l'Iran se sont fixé le 20 juillet comme date-butoir pour trouver un accord susceptible de permettre à Téhéran de poursuivre son programme nucléaire à des fins civiles tout en levant les craintes occidentales sur de possibles finalités militaires.

À la question de savoir s'il pensait que l'échéance pouvait être respectée, M. Nahavandian a répondu par l'affirmative. "Beaucoup de gens à travers le monde regardent avec optimisme les négociations en cours et je ne suis pas une exception à la règle", a-t-il dit.

Se disant hostile à une intervention étrangère non concertée en Irak comme dans tout autre pays, M. Nahavandian a souligné qu'une aide de l'extérieur ne devrait avoir intervenir qu'à la demande et en appui des autorités irakiennes.

"La gestion de la situation doit être confiée à la population et au gouvernement d'Irak. La population et le gouvernement irakiens ont assez de ressources et de détermination pour se défendre", a dit le responsable iranien, lors d'un forum de médiateurs de paix près d'Oslo.

"Le monde extérieur devrait juste répondre à ce que l'Irak veut (et) ne devrait pas intervenir dans la gestion de la situation", a-t-il ajouté.

L'Iran, a-t-il répété, "répondra à toute suggestion ou demande visant à aider le gouvernement irakien pour résoudre le problème intérieur".

"En ce qui concerne les États-Unis, nous n'avons observé aucune action sérieuse contre cette vague de terrorisme", a-t-il estimé.

phy/hh/vog

PLUS:hp