NOUVELLES

Les actionnaires du réseau social russe VK se déchirent sur son futur patron

18/06/2014 01:00 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

Le conflit à la tête du premier réseau social russe, VK, a de nouveau éclaté au grand jour mercredi, ses actionnaires se trouvant incapables de nommer un nouveau patron plus de deux mois après le départ fracassant de son jeune fondateur.

Turbulent génie de l'internet russe, Pavel Dourov a quitté début avril son poste de directeur général du "Facebook russe", largement devant son concurrent américain dans l'ex-URSS, après de longs mois de désaccord entre le géant de l'internet Mail.ru (52% du capital) et le fonds d'investissement UCP (48%).

Mardi, un conseil d'administration devant le remplacer s'est soldé par un échec, les deux sociétés, qui disposent de chacun deux administrateurs, faisant de nouveau le constat de leur différend.

Résultat: l'un des grands succès de l'internet russe, dont la possible introduction en Bourse agitait les milieux de la technologie il y a encore un an, se trouve sans patron et dans le flou sur son avenir.

Mail.ru a proposé la nomination de Boris Dobrodeev, le directeur général adjoint depuis décembre, mais UCP l'a rejetée.

M. Dobrodeev "est un spécialiste de l'internet expérimenté et très compètent" et avait été "accepté par les employés", a plaidé Mail.ru mercredi dans un communiqué, s'inquiétant des conséquences de la vacance de patron dans l'entreprise.

UCP a répliqué en demandant "une procédure civilisée de sélection du directeur général" impliquant une agence de recrutement et attribuant à Mail.ru "la pleine responsabilité. "Il y a de nombreux candidats très qualifiés avec l'expérience nécessaire", a jugé Victoria Lazareva, l'une des responsables d'UCP, dans un courriel à l'AFP.

Dans une lettre aux administrateurs dont l'AFP a eu copie, UCP reproche à M. Dobrodeev sa "loyauté" à Mail.ru, son "manque d'ambition" et ses liens familiaux (son père est dirigeant à la télévision publique russe), qui pourrait être jugée "troublante" par les utilisateurs de VK.

Le conflit à la tête du réseau aux 100 millions d'utilisateurs, entamé dès l'arrivée au capital d'UCP, a tourné à la guerre ouverte l'été dernier lorsque Pavel Dourov a lancé une application de messagerie instanée, Telegram, indépendamment de VK, provoquant la colère du fonds d'investissement.

Malgré le soutien de Mail.ru, le jeune patron, qui a fondé la société à sa sortie de l'université de Saint-Pétersbourg en 2006, a fini par sortir du capital en janvier en vendant sa part de 12%.

Il a annoncé sa démission le 1er avril, créant une onde de choc dans le monde de l'internet russe, avant d'assurer qu'il s'agissait d'un poisson d'avril. Mais sa lettre de démission, bien réelle, a été validée.

Il a fini par quitter la Russie peu après, dénonçant des pressions des autorités russes.

gmo/vog

PLUS:hp