NOUVELLES

Le chef progressiste-conservateur quittera son poste le 2 juillet

18/06/2014 09:55 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

TORONTO - Une semaine après avoir perdu les élections provinciales en Ontario, Tim Hudak a confirmé aux membres de son caucus qu'il quittera son poste de chef du Parti progressiste-conservateur dès le 2 juillet prochain, a appris La Presse Canadienne.

M. Hudak quittera ainsi ses fonctions la même journée que le retour en chambre des députés élus lors du scrutin du 12 juin, où le Parti libéral de l'Ontario a obtenu un gouvernement majoritaire.

La Presse Canadienne a reçu une copie de la lettre envoyée par le chef progressiste-conservateur aux députés qui ont survécu au dernier scrutin.

Dans sa missive, il confirme son départ et soutient qu'il quittera son poste pour «le bien du parti» et le bien de sa famille.

Il ajoute que ce départ à court terme permettra au caucus de se choisir un chef par intérim à temps pour le début de la nouvelle session parlementaire.

La lettre a été envoyée à peine deux jours après une difficile rencontre post-électorale entre le chef Hudak, des députés réélus et d'autres défaits.

Certains ont alors soutenu que Tim Hudak devait prendre la responsabilité de cette nouvelle défaite devant l'électorat et démissionner immédiatement.

Le député progressiste-conservateur de la circonscription de Belleville, Todd Smith, a soutenu lundi que le scrutin était dans les faits une «élection anti-Hudak», appelant le principal intéressé à quitter ses fonctions.

Certaines sources à l'intérieur du parti ont cependant demandé à M. Hudak de demeurer en poste pendant au moins un an afin de permettre à la formation politique de tenir une course à la chefferie et d'organiser un congrès au leadership.

Le chef n'a cependant pas accepté de rester aussi longtemps, d'ajouter ces mêmes sources.

Tim Hudak a lui-même admis dans sa lettre qu'il y avait «absence de consensus» sur la meilleure manière d'aller de l'avant dans les circonstances.

Le chef de cabinet de M. Hudak, Ian Robertson, a affirmé mercredi que certains membres du caucus veulent se distancer du message clé de la dernière campagne, soit celui de l'urgence d'agir pour réduire les dépenses et s'attaquer au déficit de 12,5 milliards de dollars de la province. Mais le chef sortant n'était pas d'accord avec cette approche.

Tim Hudak avait déjà fait savoir le jour de la défaite de son parti, jeudi dernier, qu'il ne mènerait pas ses troupes à la prochaine élection.

Il avait cependant annoncé qu'il comptait conserver son siège de député et continuer de représenter la circonscription de Niagara west-Glanbrook à Queen's Park.

PLUS:pc