NOUVELLES

La négociation progresse difficilement dans le secteur ICI de la construction

18/06/2014 02:19 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'Association de la construction du Québec (ACQ) a cherché, mercredi, à intensifier la pression sur l'Alliance syndicale, qui regroupe les cinq syndicats de la construction, en marge des négociations touchant le secteur industriel, commercial et institutionnel.

L'ACQ a en effet acheté des pages entières de journaux où elle détaille ses offres aux syndiqués, une offensive qui s'ajoute aux publicités qui circulent depuis quelque temps, à la radio notamment.

La loi spéciale adoptée par le gouvernement du Parti québécois pour mettre une terme à la grève dans ce secteur, l'été dernier, vient à échéance le 30 juin prochain. Cependant, les syndiqués n'ont pas le droit de grève avant le 22 juillet, ce qui représente tout de même un délai amplement suffisant pour en venir à une entente.

Les secteurs résidentiel et du génie civil, eux, s'étaient entendus l'an dernier et leurs conventions collectives sont valides jusqu'en 2017, mais les négociations s'avèrent encore une fois difficiles entre les syndiqués et l'ACQ.

Une rencontre de négociation en présence d'un médiateur est prévue cette semaine et trois autres rencontres doivent avoir lieu la semaine prochaine.

Le médiateur Normand Gauthier a demandé il y a plusieurs mois aux parties de s'abstenir de commenter les négociations sur la place publique, une demande qu'il a dû répéter la semaine dernière après que la partie patronale eut tenu une conférence de presse à ce sujet.

Du côté syndical, on cherche à éviter de commenter sur la place publique, mais des sources ont indiqué à La Presse Canadienne que la publicité présentée dans les journaux comprend ce qui semble être les premières offres touchant les questions monétaires que l'on ait vues jusqu'ici.

Selon ces mêmes sources, les négociations ont enregistré certains progrès — bien que modestes — et le fait que l'on discute encore représente en soi un espoir de pouvoir s'entendre.

Cependant, les différents syndicats de la construction n'ont jamais caché leur volonté de maintenir des conditions comparables d'un secteur à l'autre et les offres de l'ACQ, selon eux, créeraient deux catégories de travailleurs de la construction, un résultat qu'ils ne peuvent endosser.

L'Alliance syndicale se refuse cependant à tout commentaire sur l'offre publiée mercredi, disant vouloir éviter toute confrontation. Les sources syndicales consultées par La Presse Canadienne ont cependant laissé entendre qu'elles n'appréciaient guère les sorties publiques répétées de l'ACQ, malgré la demande de discrétion du médiateur.

PLUS:pc