NOUVELLES

Bernier espère que la victoire des libéraux favorisera un libre-échange accru

18/06/2014 02:36 EDT | Actualisé 18/08/2014 05:12 EDT

OTTAWA - Le ministre d'État fédéral à la Petite Entreprise, Maxime Bernier, affirme avoir espoir que la récente élection d'un premier ministre fédéraliste au Québec permettra de sortir de l'impasse prévenant un libre-échange accru au Canada.

La libéralisation des échanges commerciaux, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières canadiennes, est un facteur clé du succès des petites entreprises et des petits entrepreneurs, a indiqué mercredi M. Bernier.

Et bien que le Canada agisse avec énergie afin de faire tomber les barrières commerciales à l'étranger, il se doit également d'abattre les murs érigés entre les provinces, a-t-il ajouté.

«Chaque province sait que nous devons faire quelque chose (à ce sujet), et maintenant, avec le nouveau gouvernement québécois, ils sont montés à bord», a déclaré M. Bernier.

«On verra, mais je suis optimiste que nous puissions avoir un vrai libre-échange dans notre pays», a poursuivi le ministre d'État.

Le gouvernement Harper espère que l'élection du premier ministre libéral Philippe Couillard au Québec, ce printemps, donnera lieu à un assouplissement des relations entre Ottawa et Québec.

Le ministre fédéral de l'Industrie, James Moore, a fait de l'élimination des barrières aux échanges commerciaux intérieurs une priorité, et il a entrepris une tournée à la grandeur du pays afin de lancer le processus. Il sera de passage à Halifax, jeudi.

Selon certaines estimations, les politiques protectionnistes et l'insuffisance de la mobilité de la main-d'oeuvre entre les provinces coûtent à l'économie canadienne quelque 50 milliards $ par année en raison de prix plus élevés, de pratiques non efficientes et de contrats perdus.

Ottawa cherche également à mettre en place un organisme national de réglementation des valeurs mobilières, mais rien n'indique pour le moment si le nouveau gouvernement en place à Québec sera plus ouvert que ne l'était son prédécesseur à ce sujet.

M. Bernier a affirmé que le gouvernement fédéral faisait ce qu'il pouvait afin d'accroître les occasions d'affaires en signant des ententes de libre-échange, en diminuant les impôts et en réduisant les lourdeurs administratives. Les entreprises doivent cependant tirer profit de la situation, a-t-il ajouté.

Le ministre d'État a tenu ces propos en présence de plus d'une douzaine de jeunes entrepreneurs qui se rendront au sommet du G20 en Australie, le mois prochain, dans le cadre de la mission Futurpreneur Canada.

Julia Deans, chef de la direction de Futurpreneur Canada, a estimé que de telles missions étaient essentielles pour accroître les contacts d'affaires des Canadiens dans le monde, faisant remarquer que les jeunes entrepreneurs avaient surtout tendance à regarder du côté du Canada et des États-Unis pour les marchés et les contacts.

PLUS:pc