NOUVELLES

Rouyn-Noranda: des adolescents doivent attendre en file pour entrer à l'épicerie IGA...

17/06/2014 04:29 EDT | Actualisé 17/06/2014 04:29 EDT
Radio-Canada.ca

Depuis environ un mois, l'épicerie IGA située à proximité de l'École secondaire La Source contrôle l'entrée des jeunes à l'heure du dîner.

Elle espère ainsi se prémunir contre le vol à l'étalage. La mesure cause cependant des frustrations.

À l'heure du dîner, les adolescents qui se présentent à l'épicerie IGA des Promenades du Cuivre, doivent attendre à l'entrée du commerce, en rang. Ils doivent attendre l'autorisation du propriétaire pour aller acheter un dîner à tour de rôle. Et ils doivent laisser leur sac à dos à l'entrée.

Selon le propriétaire du commerce, Luc Julien, le vol à l'étalage est un problème récurrent. Ce phénomène serait surtout l'affaire des jeunes, croit-il. « On a beaucoup d'étudiants qui viennent en même temps sur l'heure du midi. À un moment donné, on se retrouvait avec des vols assez réguliers. Et la police se ramassait ici assez souvent », explique le propriétaire.

D'autres mesures ont déjà été testées pour contrer le vol à l'étalage à l'épicerie, mais n'étaient pas satisfaisantes. « Au lieu de monopoliser plusieurs employés ou d'avoir des gardiens de sécurité, on le fait nous-mêmes, de cette façon-là », précise Luc Julien.

Une étudiante au secondaire rencontré sur place, trouve frustrante cette mesure qui cible uniquement les jeunes. « Oui, il y a des magasins qui nous font ôter nos sacs à dos et je comprends qu'ils ne veulent pas qu'on ramasse plein de marchandise et qu'on mette ça dans nos sacs. Mais on est à l'épicerie et quand je viens avec ma mère, ils ne font pas ça », plaide-t-elle.

D'autres commerces des Promenades du Cuivre disent être préoccupés par le vol à l'étalage. Pour Louise Guy, propriétaire du magasin Intersport, les mesures qui ciblent uniquement les jeunes ne sont cependant pas appropriées pour mettre fin au phénomène.

« C'est sûr qu'on demande de laisser les sacs à dos à la caisse, mais c'est pour tous nos clients, pas juste pour les jeunes. Dernièrement, on a eu un cas de vol et c'était une dame de 40 ans. Je pense que ça peut être n'importe qui, ça n'a pas d'âge, le vol », dit-elle.

La Sûreté du Québec, de son côté, n'a pas noté d'augmentation du nombre de plaintes pour vol à l'étalage.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 chiffres déprimants sur les 18-35 ans