NOUVELLES

Ukraine: toutes les parties "prêtes" à agir pour une désescalade (Steinmeier)

10/06/2014 08:13 EDT | Actualisé 10/08/2014 05:12 EDT

Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a estimé mardi que les tensions liées à la crise ukrainienne avaient laissé place à "une nouvelle atmosphère" et observé que toutes les parties étaient "prêtes" à agir pour une désescalade.

"Je ne dis pas que nous avons déjà trouvé une issue à la crise mais l'escalade a laissé placé à une nouvelle atmosphère. (...) Nous voyons le bout du tunnel", a déclaré M. Steinmeier à l'issue de pourparlers avec ses homologues russe et polonais à Saint-Pétersbourg (nord).

"Nous sommes dans une situation où il y a la possibilité d'une désescalade de la situation", a-t-il poursuivi, ajoutant que "toutes les parties étaient prêtes à agir" pour cette désescalade.

Cette rencontre intervient quelques jours après l'amorce d'un dialogue entre le président russe Vladimir Poutine et les dirigeants occidentaux en marge des commémorations du Débarquement allié en Normandie vendredi.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a pour sa part rappelé que malgré les contacts pour trouver une issue à la crise, "les combats se poursuivent et dans certains cas, se sont intensifiés".

M. Lavrov a néanmoins salué la décision du nouveau président ukrainien Petro Porochenko de créer des couloirs humanitaires dans l'Est du pays où l'armée ukrainienne mène une opération contre l'insurrection armée prorusse, comme l'exigeait Moscou.

"Nous saluons cette décision. Il s'agit d'un pas dans la bonne direction", a-t-il indiqué, ajoutant que la Russie était prête à soutenir toute décision qui amènerait à une résolution pacifique à la crise.

"Quelles que soient les différentes interprétations des événements, il est aujourd'hui nécessaire de se concentrer sur l'arrêt inconditionnel du bain de sang et le début d'un dialogue impliquant toutes les régions" de l'Ukraine, a poursuivi M. Lavrov.

Le président ukrainien Petro Porochenko, qui a été investi samedi, a ordonné mardi la création de couloirs humanitaires pour permettre aux civils de quitter les zones de combats dans l'Est du pays, en proie à de violents affrontements.

Cette initiative correspond au souhait de la Russie émis début juin dans un projet de résolution à l'ONU, alors que des ONG dénoncent l'utilisation d'armes lourdes par l'armée ukrainienne dans des zones habitées.

Le chef de la diplomatie russe a en outre déclaré que l'Ukraine était libre de décider de se rapprocher de l'Union européenne, mais a prévenu que Moscou sera dans ce cas contraint de prendre des mesures douanières pour protéger son marché.

"Nous n'allons pas introduire de sanctions contre l'Ukraine. Nous reviendrons vers un régime tarifaire normal", a-t-il indiqué. L'Ukraine est actuellement toujours membre de la CEI (Communauté des Etats indépendants) et bénéficie à ce titre d'un régime douanier favorable.

mak-pop/blb/fw

PLUS:hp