NOUVELLES

Reprise des négociations UE-Ukraine-Russie sur le gaz à partir de 19H00 GMT (Commission)

10/06/2014 11:37 EDT | Actualisé 10/08/2014 05:12 EDT

L'UE, la Russie et l'Ukraine reprendront mardi à 19H00 GMT à Bruxelles leurs discussions pour trouver un accord sur le prix du gaz acheté par Kiev et le remboursement de sa dette gazière à Moscou, a annoncé la Commission européenne.

Ces discussions doivent réunir les ministres russe et ukrainien de l'Energie, Alexandre Novak et Iouri Prodan et le commissaire européen à l'Energie Gunther Oettinger, après leur échec dans la nuit de lundi à mardi à trouver un accord à l'issue de plus de huit heures de discussions.

L'enjeu, selon M. Prodan, est d'arriver à "une solution globale qui règle les questions du prix du gaz et le paiement de la dette".

"Mais nous ne pouvons accepter le mécanisme de calcul du prix proposé par Gazprom", a-t-il expliqué dans la nuit de lundi et mardi, soulignant que l'Ukraine veut "un prix équitable et basé sur le marché", a-t-il insisté.

La Russie réclame elle en préalable à un accord global le paiement d'une somme de 1,47 milliard de dollars correspondant aux factures dues pour les mois de novembre et décembre 2013.

Si cela n'était pas réglé mardi, la Russie demandera également le paiement de 500 millions de dollars dus pour les livraisons des mois d'avril et mai 2014, a mis en garde dans la nuit le ministre russe.

"La Russie veut parvenir à un accord et se montre constructive", a-t-il assuré.

Les négociations engagées entre les groupes gaziers russe Gazprom et ukrainien Naftogaz visent à parvenir à un accord sur un plan d'apurement de la dette gazière et sur le prix du gaz. Gazprom chiffre cette dette à 2,2 milliards de dollars.

Un accord doit également être trouvé sur le prix pour le gaz vendu par Gazprom à Naftogaz, ainsi que sur les quantités. Le prix doit se situer entre 268 et 480 dollars pour 1.000 m3.

L'Ukraine a acheté environ 30 milliards de mètres cubes de gaz en 2013.

La Russie a indiqué qu'elle maintiendra tant que les discussions durent ses fournitures de gaz à l'Ukraine, par laquelle transite aussi le gaz russe dont l'UE est dépendante pour 39% de ses approvisionnements.

cb/aje/mr

PLUS:hp