NOUVELLES

L'UE veut une diplomatie culturelle plus active dans le monde

10/06/2014 09:02 EDT | Actualisé 10/08/2014 05:12 EDT

La Commission européenne a appelé mardi les pays européens à adopter "une approche plus stratégique" pour leur "diplomatie culturelle", qui doit mieux s'affirmer face aux géants du divertissement, surtout américains.

"La diplomatie culturelle de l'UE a besoin d'une nouvelle impulsion", affirme un rapport d'experts de grands organismes culturels européens, dont le British Council ou l'Institut français, publié par la Commission.

Les pays européens "ont beaucoup à gagner du +pouvoir discret+ de la diplomatie culturelle, qui est source d'avantages pour l'économie", la "diversité culturelle" et le "partage des valeurs européennes", estiment-ils.

Pour Catherine Ashton, haute représentante pour les Affaires étrangères de l'UE, "une approche plus stratégique de la culture" doit donc devenir "une priorité".

Pour cela, les experts dressent une série de recommandations pour favoriser la coopération et la mise en commun de ressources des organismes culturels, diversifier les sources de financement, notamment par les partenariats public-privé, ou supprimer les obstacles à la mobilité, en facilitant les conditions d'obtention de visas.

Le rapport souligne qu'il existe une "réelle demande" hors de l'UE pour "un renforcement des relations culturelles" avec les 28. Mais ces derniers doivent davantage s'adapter à des pratiques culturelles "de plus en plus transnationales et transcontinentales".

Il s'agit, pour les Européens, de réagir à la "concentration de plus en plus marquée du pouvoir et de la propriété dans les mains de méga-conglomérats transnationaux et d'un petit nombre de villes et régions privilégiées".

"Cette concentration restreint déjà la liberté culturelle et la créativité. Et elle risque de limiter les possibilités d'échanges culturels transnationaux à moins que des mécanismes soient mis en place pour promouvoir la création d'entreprises culturelles locales et à petite échelle", souligne encore le rapport.

La totalité du texte peut-être consulté sur http://cultureinexternalrelations.eu/report-publication/)

jri/cb/gg

PLUS:hp