NOUVELLES

La Russie lance à Kaliningrad des manoeuvres militaires "comparables" à celles de l'Otan

10/06/2014 03:00 EDT | Actualisé 09/08/2014 05:12 EDT

La Russie mène des manoeuvres militaires dans son enclave européenne de Kaliningrad "comparables" à celles de l'Otan près de sa frontière avec les pays baltes, a annoncé mardi son ministère de la Défense.

"Le nombre de participants aux manoeuvres dans la région de Kaliningrad, des forces et des moyens mis en place par le ministère russe de la Défense sont comparables au nombre de personnes, d'armes et d'équipements militaires impliqués dans les exercices frontaliers menés par les pays de l'Otan", a annoncé le ministère russe dans un communiqué.

Ces manoeuvres russes ont lieu "en même temps" que l'exercice naval multilatéral "Baltops" et son pendant terrestre "Saber Strike", organisés chaque année depuis 2010 par l'Otan dans les pays Baltes, a indiqué le ministère.

Kaliningrad est une ville de Russie totalement isolée du territoire russe, située entre la Pologne et la Lituanie.

Cette année, quelque 4.700 soldats et 800 véhicules britanniques, canadiens, américains, finlandais ou polonais participent aux manoeuvres de l'Otan, impliquant la participation de dix pays membres, qui ont débuté lundi en Lettonie et devraient s'achever le 20 juin en Lituanie voisine.

La Russie était initialement invitée à participer à ces manoeuvres mais l'Otan a suspendu son partenariat militaire avec Moscou après le rattachement russe de la Crimée en mars.

Lundi soir, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a qualifié de "contre-productive" l'expansion vers l'Est de l'Otan et le renforcement de ses infrastructures militaires près de la frontière russe.

L'expansion de l'Alliance atlantique "contredit les engagements que les pays membres de l'Otan ont pris dans le cadre de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE) et de l'Acte fondateur Otan-Russie", a dénoncé M. Lavrov.

Après le rattachement par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée, l'Otan a renforcé ses effectifs militaires près de la frontière entre les pays baltes et la Russie.

Les trois anciennes républiques soviétiques - Lituanie, Lettonie et Estonie - entrées dans l'Otan en 2004, s'inquiètent du potentiel militaire grandissant de la Russie à leurs frontières, la crise ukrainienne n'ayant fait que renforcer leurs appréhensions.

all/blb/ros

PLUS:hp