DIVERTISSEMENT

Julien Mineau et ses fantômes aux FrancoFolies

10/06/2014 02:26 EDT | Actualisé 10/06/2014 02:26 EDT
Macam

MONTRÉAL – À la mi-avril, le chanteur de Malajube, Julien Mineau, laissait paraître les pièces de son projet solo intitulé Fontarabie, (nom de rue de sa maison de Ste-Ursule), oeuvre passablement différente du rock habituellement proposé par son groupe. Cinquante jours plus tard, nous avons rencontré l’artiste qui prépare un important spectacle pour le festival des FrancoFolies de Montréal.

On reconnaît aisément la voix éthérée de Mineau sur ces chansons pour la plupart très atmosphériques. Ni tout à fait sombre, ni tout à fait romantique, la musique est d’abord orchestrale. Elle berce et fait planer pas mal. Elle farfouille également dans des recoins stylistiques moins explorés par son groupe Malajube, en hiatus depuis plus d’un an.

Cette aventure s’est concrétisée avec l’aide du multi-instrumentiste Simon Trottier (Timber Timbre), Benoît Rocheleau, Patrick Lavoie, Julie Fontaine et Virginie Parr.

«En même temps que la sortie (en avril), on a commencé à monter le spectacle, raconte Julien Mineau, assis sur un banc de parc du Plateau-Mont-Royal. On s’en vient bien. C’est le premier concert (au Théâtre Maisonneuve, le 15 juin) lié au projet et c’est pas mal gros. La grande majorité des gens qui ont collaboré à l’album seront du show. Malheureusement, Simon Trottier ne peut pas être avec nous. Il sera en tournée avec son groupe. Je vais jouer de la guitare à sa place. Ryan Battistuzzi, qui a mixé l’album avec moi, sera aussi à la guitare.»

Quant à Frédéric Lambert, du quatuor Molinari, il a pris en charge le côté orchestre du spectacle: «Il a trouvé les musiciens et fait écrire les partitions. Je veux faire une performance axée sur les musiciens. Pas mettre trop d’effets de lumière. Je veux miser sur les ambiances un peu lugubres. Mais bon, on verra bien ce que Mathieu Roy, aux éclairages, voudra proposer…»

Maison hantée

À vrai dire, rien n’est très épeurant dans la musique de Mineau. On y explore bien entendu les thèmes de la peur et de l’anxiété, mais les airs sont plus hantés que cafardeux, plus mélancoliques que glauques. Au fond, tous ces qualificatifs s’y retrouvent à diverses concentrations. «On entend des bruits de fantômes, mais ce n’est rien de vraiment épeurant», de lancer Julien Mineau un peu à la blague. En effet, c’est un brin tourmenté, certes, mais surtout très planant.

Au cours d’un processus plus ou moins flou mettant l’expérimentation à l’avant-plan, Mineau puis ses collaborateurs ont utilisé une panoplie d’instruments à cordes, cuivres et bois pour produire quatorze morceaux aux ambiances luxuriantes. Pour sa part, le musicien-chanteur s’est fait plaisir en jouant du célesta (un bijou qu’il a acheté), en plus des piano, wurlitzer 140B, guitares, basse, tambours, percussions, marxophone, violoncelle, ukelin, mellotron, harmonium, pour ne nommer que ces instruments.

«Ça fait longtemps que je fais des trucs de mon côté, sans les autres gars de Malajube, explique l’artiste. J’ai un studio à la maison. Ça me permet d’explorer, de faire autre chose. J’aime contrôler tous les aspects de la composition. J’ai appris beaucoup dans la rencontre des musiciens classiques, par exemple. Il n’y avait presque pas de limite durant la production. La preuve, c’est que cet album est difficile à refaire pour le live (rires). C’est du travail en maudit! C’est dur de recréer parfaitement les chansons pour la scène.»

D’ailleurs, ce dernier ajoute que le matriçage de l’album fut certainement «l’un des plus longs de l’histoire de Ryan Morey, au studio Hotel2Tango».

«Il y aura un autre projet. J’ai déjà dix nouvelles pièces. Ce sera peut-être sous un autre nom. Ce n’est juste pas encore défini. Je veux continuer à travailler en studio. C’est ce que j’aime le plus. Le prochain disque sera moins orchestral, plus dénudé. Avec une touche plus joyeuse, je crois.»

Une version numérique de l’album est en vente sur iTunes depuis le début du printemps. Un disque physique ainsi qu’un vinyle sont maintenant disponibles dans les magasins depuis ce matin.

Julien Mineau et une ribambelle de musiciens se produiront le 15 juin au théâtre Maisonneuve de la Place des Arts de Montréal, dans le cadre des FrancoFolies.

Un concert à voir.

INOLTRE SU HUFFPOST

Programmation FrancoFolies de Montréal 2014