POLITIQUE

Commission Charbonneau: Pierre Bibeau nie avoir jamais demandé 30 000 $ à Zambito

10/06/2014 10:16 EDT | Actualisé 10/08/2014 05:12 EDT
CEIC

L'ex-organisateur du Parti libéral du Québec Pierre Bibeau nie avoir jamais demandé et encore moins reçu 30 000 $ en argent comptant de Lino Zambito, en lien à une activité de financement au profit de sa conjointe de l'époque, l'ex-ministre Line Beauchamp..

Un texte de Bernard Leduc Courriel et François Messier Twitter Courriel

Notre blogue en direct

M. Bibeau, qui a été organisateur en chef du PLQ de 2001 à 2003 et occupe depuis un poste de vice-président à Loto-Québec, admet l'avoir croisé lors d'un déjeuner au profit de Mme Beauchamp le 6 avril 2009 à Laval. Mais il précise qu'il ne s'occupait aucunement du financement de l'événement, qui a incidemment rapporté 61 500 $ à l'ex-ministre.

« Il ne m'a pas remis 30 000 $ et je ne lui ai pas demandé 30 000 $. » — Pierre Bibeau

Devant la commission Charbonneau, Lino Zambito avait affirmé lui avoir remis cette somme dans la foulée de ce déjeuner de financement lors d'une rencontre à son bureau de Loto-Québec.

M. Bibeau admet que l'ex-propriétaire d'Infrabec est bel et bien venu à son bureau, mais pour lui parler d'une histoire de dézonage à Boisbriand concernant les terrains de GM. M. Zambito, a-t-il dit, souhaitait profiter de l'influence politique présumée de M. Bibeau pour qu'il intervienne en sa faveur auprès de la commission de la protection du territoire.

Il dément que la rencontre ait plutôt porté sur une usine d'épuration à Boisbriand, comme le suggère plutôt le procureur Crépeau.

Pierre Bibeau a par ailleurs reconnu qu'il connaissait déjà à l'époque Lino Zambito, puisqu'il était déjà intervenu en sa faveur deux ans plus tôt, à la demande de l'oncle de Lino Zambito, Jean Rizzuto (aucun lien avec le clan mafieux Rizzuto).

M. Zambito était alors aux prises avec Christian Côté de Dessau, un proche du ministre David Whissell, qui lui demandait une grosse somme d'argent pour faire débloquer une demande de subvention gouvernementale pour le projet d'usine d'épuration à Boisbriand. M. Zambito souhaitait en fait savoir si M. Côté était assez influent pour obtenir un tel résultat. Il s'agit d'un contrat éventuellement obtenu par M. Zambito dans des circonstances troubles : il doit subir un procès en 2015.

Le procureur Crépeau a par la suite souligné que le 26 octobre 2012, soit deux semaines après le passage de Lino Zambito à la commission, M. Bibeau a été vider et fermer ses deux coffrets de sûreté et fermé sa marge de crédit à la Caisse Populaire à St-Bruno.

Pierre Bibeau a expliqué ce geste par l'état mental dans lequel l'avait plongé le témoignage de M. Zambito et affirme avoir vécu un long épisode dépressif, traversé par des pensées suicidaires. Il soutient que ces coffrets ne comprenaient rien que des documents personnels et qu'il « n'y avait rien à cacher ». Il a finalement pris un autre coffret dans une autre institution en décembre 2012.

Le vice-président corporatif de Loto-Québec nie aussi avoir fait un quelconque trafic des billets d'événements divers commandités par la société d'État qu'il obtenait en raison des fonctions, suivait l'hypothèse émise lundi par le procureur Crépeau dans le cadre du témoignage de son ex-secrétaire à Loto-Québec, Jocelyne Truchon.

Il admet cependant qu'il avait d'innombrables billets à sa disposition pour lesquels il s'efforçait de trouver preneur. Et s'il en donnait à des élus libéraux, reconnaît-il, biens d'autres en on bénéficié, notamment les grands médias pour le Grand Prix.

Pierre Bibeau s'est impliqué auprès du PLQ dès 1970. Il sera organisateur en chef pour le parti lors du référendum de 1980 et l'élection générale de 1981. Il sera par la suite conseiller spécial de Robert Bourassa de 1985 à 1989, puis président de la RIO jusqu'en 1995. Il passe alors à la société du parc Jean-Drapeau qu'il quitte en 2001.

Il redevient alors organisateur en chef du parti de 2001 à 2003. Il est alors passé à Loto-Québec et occupe aujourd'hui le poste de premier vice-président corporatif à Loto-Québec.

Lumières sur le 357C

M. Bibeau devrait par la suite être interrogé sur sa présence à deux rencontres tenues en 2009 au club privé 357C, aux côtés d'ingénieurs, d'entrepreneurs et de sa conjointe de l'époque, l'ex-ministre Line Beauchamp.

La commission a déjà révélé il y a plus d'un an que Pierre Bibeau s'est rendu à deux reprises au 357C à l'invitation de Rosaire Sauriol de Dessau. La première rencontre a eu lieu le 26 février 2009, soit cinq jours après le déclenchement de la campagne électorale en 2007, la seconde ayant lieu le 18 mai. Mme Beauchamp était présente à chaque fois. Elle était ministre de la Culture et des Communications lors de la première rencontre, et ministre de l'Environnement lors de la seconde.

Les autres invités à ces rencontres étaient Paolo Catania de Constructions Frank Catania, Frank Minicucci, bras droit de l'entrepreneur Tony Accurso et trois dirigeants de firmes de génie-conseil, Michel Lalonde (Genius), Pierre Lavallée (BPR) et Yves Théberge (CIMA+).

L'ex-président du comité exécutif de la Ville de Montréal Frank Zampino était également présent, tout comme Bernard Trépanier, ex-argentier d'Union Montréal, qui aurait aussi amassé de l'argent pour le Parti libéral, selon un témoignage livré la semaine dernière par l'enquêteur de la commission Guy Desrosiers.

Line Beauchamp avait déjà affirmé que ces deux rencontres avaient été tenues à sa demande, à titre de ministre, pour des discussions de nature générale.

Trafic de billets au bureau de Bibeau à Loto-Québec

Jocelyne Truchon, qui a été la secrétaire de Pierre Bibeau après qu'il fut devenu vice-président de Loto-Québec, en 2003, a expliqué lundi que des ministres du gouvernement de Jean Charest appelaient régulièrement à son bureau afin d'obtenir des billets pour des événements que commanditait la société d'État.

Le procureur Crépeau a affirmé qu'il y avait un lien entre ce trafic de billets en tout genre - Grand Prix de Montréal, Festival de jazz de Montréal, Francofolies, Festival de St-Tite, les feux d'artifice organisés à Montréal, Québec et Gatineau, etc. - et le financement du Parti libéral du Québec.

Interrogée sur les politiciens qui étaient en contact avec Pierre Bibeau lorsque ce dernier était à Loto-Québec, Mme Truchon a évoqué pêle-mêle le bureau du premier ministre Jean Charest, ainsi que les ex-ministres Jacques Dupuis, David Whissell, Norman MacMillan. Elle a aussi évoqué l'actuelle vice-première ministre Lise Thériault, autrefois ministre du Travail, et l'actuel ministre du Travail, Sam Hamad.

Mme Truchon a aussi nommé l'ex-directeur général du PLQ, Karl Blackburn, la responsable officielle du financement au PLQ de 2001 à septembre 2013, Violette Trépanier et l'entrepreneur de Schokbéton Marc Bibeau, responsable du financement sectoriel au parti, selon le président de CIMA+, Kazimir Olechnowicz.

Bernard Trépanier appelait aussi Pierre Bibeau pour obtenir des billets. « M. Bibeau me disait : "Mettez tant de billets dans une enveloppe pour Bernard Trépanier". Ça pouvait être des billets de feux [d'artifice], ça pouvait être des billets de festivals, des billets de boxe" », a-t-elle affirmé.

Plusieurs responsables de firmes de génie étaient aussi en lien avec M. Bibeau, a précisé Mme Truchon. Elle a nommé Rosaire et Jean-Pierre Sauriol, de Dessau, Kazimir Olechnowicz de CIMA+, Bernard Poulin de SM et Sylvain Lacasse de Claulac.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref