NOUVELLES

Afghanistan: 5 soldats de l'Otan tués par bombardement allié accidentel (responsables)

10/06/2014 06:12 EDT | Actualisé 10/08/2014 05:12 EDT

Cinq soldats de l'Otan et un afghan ont été tués lundi dans le sud du pays, vraisemblablement après avoir été bombardés par erreur par les forces de la coalition lors d'affrontements contre les talibans, a-t-on indiqué mardi de sources concordantes.

"Cinq soldats de la force internationale ont été tués hier (lundi) dans le sud de l'Afghanistan", a annoncé l'Otan dans un communiqué.

La coalition n'a pas précisé la nationalité des victimes, mais le journal The Washington Post rapportait mardi, citant des responsables américains et afghans, qu'il s'agit de militaires américains.

"Leur mort est survenue lors d'une opération de sécurité, quand leur unité est entrée en contact avec les forces ennemies. Malheureusement, il existe une possibilité (pour qu'un tir) fratricide soit en cause", ajoute la coalition, en précisant mener enquête pour déterminer les circonstances exactes de l'incident.

Si ce scénario n'est évoqué à ce stade par la Force internationale de l'Otan (Isaf) qu'à titre d'hypothèse, deux responsables afghans sont allés plus loin.

Les forces afghanes "étaient engagées dans des combats contre les insurgés" dans la province de Zabul (sud) "lorsque les soldats étrangers ont sollicité un soutien aérien qui (les) a bombardés par erreur", a déclaré à l'AFP un porte-parole local de l'armée afghane, Mohsin Khan.

Un soldat afghan a également été tué à cette occasion, a-t-il dit.

"Cinq soldats de l'Otan ont été tués par un bombardement de leurs propres forces", a confirmé le chef de la police provinciale, Ghulam Sakhi Roghlewani.

Il s'agit de l'incident le plus meurtrier pour l'Isaf depuis la mort de cinq soldats britanniques en avril dernier à la suite d'un accident d'hélicoptère Lynx dans la province de Kandahar, bastion des rebelles talibans dans le sud du pays.

Les troupes de l'Otan ont achevé en juin 2013 de transférer le contrôle de sécurité du pays aux forces afghanes, et n'assurent plus depuis que des missions de formation et de soutien, notamment aérien.

Selon le site indépendant icasualities.org, quelque 3.444 soldats de l'Isaf ont été tués depuis le début des opérations en Afghanistan, fin 2001, déclenchées dans la foulée des attentats du 11-Septembre aux États-Unis.

La majorité des 50.000 soldats de la coalition quitteront l'Afghanistan d'ici à la fin de l'année, un retrait qui fait craindre une nouvelle flambée de violences dans un pays où les talibans restent forts, malgré plus de douze ans de présence militaire occidentale.

Les États-Unis, qui dirigent la coalition militaire depuis le début de cette guerre devenue la plus longue de leur histoire, ont proposé de maintenir 9.800 soldats dans le pays après 2014, avant un retrait graduel d'ici à la fin 2016.

La mise en oeuvre de ce plan dépendra toutefois de la signature par le futur président afghan du Traité bilatéral de sécurité (BSA) encadrant les conditions d'une présence militaire américaine après 2014.

Le président afghan Hamid Karzaï, en fin de mandat, a refusé jusqu'à présent de parapher cet accord, au grand dam de Washington, mais les deux candidats en lice pour lui succéder, Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, qui s'affronteront samedi lors du second tour, se sont déjà engagés à le signer.

str-emh-eg/ia

PLUS:hp