NOUVELLES

USA: un audit confirme les problèmes systémiques d'accès aux soins des vétérans

09/06/2014 03:02 EDT | Actualisé 09/08/2014 05:12 EDT

Les délais d'accès aux soins des anciens combattants américains, au centre d'un scandale politique qui a entraîné la démission du ministre Eric Shinseki, constituent un problème "systémique", a révélé lundi un rapport d'audit confirmant la pratique de fausses listes d'attentes.

L'étude montre que 13% des fonctionnaires chargés des prises de rendez-vous ont reçu pour instruction de leurs supérieurs d'entrer dans le système informatique "une date de rendez-vous différente de celle requise par le vétéran" afin de dissimuler le temps d'attente dans les statistiques officielles.

Plus grave, 8% de ces fonctionnaires ont même eu à créer des listes parallèles pour dissimuler les temps d'attente réel. La révélation en mai d'une telle pratique à l'hôpital pour anciens combattants de Phoenix (Arizona), qui pourrait avoir coûté la vie à 40 patients, a mis l'administration du président Barack Obama sur la défense et fini par pousser vers la sortie le secrétaire aux Anciens combattants Eric Shinseki.

"Il y a eu des manquements à l'intégrité, nous avons des problèmes systémiques en ce qui concerne les prises de rendez-vous", a reconnu lundi le secrétaire par intérim Sloan Gibson.

"Nous allons retirer ces vétérans des listes d'attente et les mettre dans les cliniques où on s'occupera d'eux. C'est notre priorité", a-t-il ajouté.

Officiellement, un ancien combattant n'est pas censé attendre plus de 14 jours pour obtenir une consultation. L'audit a montré qu'étant donnée l'organisation de cette vaste administration, cet objectif était "inatteignable".

De fait, le ministère est en train de contacter "plus de 90.000 vétérans" qui n'ont actuellement pas de rendez-vous ou attendent depuis plus de 30 jours pour reprogrammer une consultation plus rapidement ou les diriger vers des structures privées.

Au total, sur les six millions de rendez-vous enregistrés au 15 mai, 242.000 (soit 4%) avaient un temps d'attente supérieur à 30 jours.

S'appuyant sur les conclusions de l'audit, le ministère des Anciens combattants a par ailleurs décidé de geler les primes de performance cette année, de mettre au point de nouveaux logiciels de prise de rendez-vous et d'établir des objectifs réalistes de temps d'attente avant une consultation.

Cet audit a été réalisé à partir d'entretiens avec près de 3.800 employés du ministère des Vétérans au sein de 731 hôpitaux et centres de soins pour anciens combattants.

mra/bdx

PLUS:hp