NOUVELLES

Un nouveau journaliste tué aux Philippines (police)

09/06/2014 08:58 EDT | Actualisé 09/08/2014 05:12 EDT

Un journaliste de radio a été tué par balle lundi aux Philippines, a annoncé la police, ce qui porte à trois le nombre des journalistes assassinés en un mois dans l'un des pays les plus dangereux pour les médias.

Un homme armé à bord d'une moto a tiré à distance rapprochée sur Nilo Baculo, âgé de 67 ans, à l'extérieur de son domicile, dans la petite ville de Calapan (centre), a déclaré le responsable de la police locale Glicerio Cansilao.

"Nous enquêtons pour savoir si cela a un rapport avec son travail, pour le moment on ne peut pas le dire de façon catégorique", a-t-il indiqué à l'AFP.

Nilo Baculo était commentateur et présentateur des informations à la radio DWIM radio, qui a arrêté ses émissions l'an dernier.

Les Philippines sont le troisième pays le plus dangereux pour les journalistes, derrière la Syrie et l'Irak, selon le Comité pour la protection des journalistes qui a son siège à New York.

La "culture de l'impunité" aux Philippines est souvent pointée du doigt, des hommes politiques et des hommes d'affaires n'hésitant pas à faire assassiner des journalistes sans craindre de se faire prendre.

Le 23 mai, un autre journaliste de radio avait été tué à Davao (sud). Quatre journalistes ont été tués cette année et 33 depuis que le président Benigno Aquino est arrivé au pouvoir en 2010, selon le syndicat national des journalistes philippins.

Benigno Aquino a promis à plusieurs reprises de stopper les assassinats et de pourchasser leurs auteurs, mais selon le syndicat peu de choses ont été faites pour changer la culture.

"Nous attendions beaucoup de ce gouvernement mais on nous a laissé régulièrement tomber", a déclaré à l'AFP le directeur du syndicat Nestor Burgos.

En 2009, 57 civils, dont au moins 32 journalistes avaient été tués dans une tuerie attribuée à des élus locaux alors qu'ils accompagnaient un candidat à l'élection au poste de gouverneur.

str-jvg/kma/jom/ih/plh

PLUS:hp