NOUVELLES

Nouvelle reddition de rebelles hutu rwandais en RDC (habitants)

09/06/2014 01:46 EDT | Actualisé 09/08/2014 05:12 EDT

Plusieurs dizaines de rebelles hutu rwandais se sont rendus lundi dans l'Est de la République démocratique du Congo en présence d'observateurs internationaux, poursuivant un processus de démobilisation amorcé dix jours plus tôt, ont indiqué des témoins.

Au cours d'une cérémonie de reddition organisée à l'initiative des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), 83 combattants de ce mouvement ont déposé les armes à Kigogo, localité du Sud-Kivu à 110 km au sud de Bukavu, capitale de cette province congolaise frontalière du Rwanda, a indiqué à l'AFP Patrick Nymatomwa.

La cérémonie a eu lieu en présence de l'ambassadeur de la Namibie en RDC, représentant la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), et de membres de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco), a précisé M. Nymatomwa, animateur du programme Paix et réconciliation de l'Eglise du Christ au Congo,

Fédération d'Eglises protestantes impliquée depuis plusieurs années dans des missions de médiation vis-à-vis des FDLR.

Les rebelles ont remis 83 armes, "dont huit lourdes", a ajouté M. Nymatomwa, joint par téléphone de Bukavu. Les faits rapportés par M. Nymatomwa ont été confirmés par un journaliste congolais ayant assisté à la cérémonie.

Le 30 mai, 105 combattants des FDLR s'étaient rendus dans des conditions similaires, donnant le coup d'envoi d'un processus de démobilisation de ce groupe armé, dont seul le temps permettra de mesurer la portée.

Les effectifs des FDLR, dont certains membres et dirigeants sont accusés d'avoir participé au génocide de 1994 au Rwanda, tournent autour de 1.500 à 2.000 combattants, selon les estimations.

Leurs combattants les plus anciens sont présents dans l'Est de la RDC depuis 1994 et la chute du pouvoir hutu ayant organisé le génocide des Tutsis.

Opposées au régime tutsi du président Paul Kagame, au pouvoir à Kigali depuis la fin des massacres de 1994, les FDLR n'ont mené aucune action en territoire rwandais depuis plusieurs années mais sont accusées par l'ONU de commettre régulièrement des atrocités contre les civils dans les zones sous leur contrôle en RDC.

str/mj/sba

PLUS:hp